Syrie : le régime a repris plus de 50% du fief rebelle dans la Ghouta

  • A
  • A
Syrie : le régime a repris plus de 50% du fief rebelle dans la Ghouta
Depuis le 18 février, quelque 850 civils ont été tués dans les raids aériens et tirs d'artillerie du régime, selon l'OSDH. @ AFP
Partagez sur :

Mercredi, au moins 45 civils, dont quatre enfants, ont été tués dans des frappes russes, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Le régime syrien a reconquis plus de la moitié de l'enclave rebelle dans la Ghouta orientale, où il a lancé le 18 février une offensive accompagnée de bombardements meurtriers, a annoncé mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"Les forces du régime contrôlent plus de 50% de l'enclave rebelle", notamment après avoir reconquis les localités de Beit Sawa et d'Al-Achaari, selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.
Soutenu par l'allié russe, le pouvoir du président syrien Bachar al-Assad est déterminé à reconquérir ce dernier bastion de l'opposition aux portes de la capitale. Les forces du régime de Bachar al-Assad progressent vers la grande ville de Douma et les localités de l'ouest de l'enclave rebelle, après avoir reconquis des secteurs dans l'est et le sud-est, d'après l'OSDH.

L'OSDH accuse la Russie de nier les bombardements. Au moins "45 civils, dont quatre enfants, ont été tués mercredi, la plupart dans des frappes russes", a par ailleurs assuré l'OSDH, précisant que ces raids dans la seule localité de Hammouriyé avaient fait 16 morts. À plusieurs reprises, l'OSDH a accusé la Russie d'avoir mené des frappes meurtrières dans la Ghouta, ce que Moscou a démenti.

Plus de 800 civils tués depuis le 18 février. Depuis le 18 février, quelque 850 civils ont été tués dans les raids aériens et tirs d'artillerie du régime, d'une rare violence même pour un pays ravagé depuis 2011 par une guerre meurtrière, selon l'Observatoire. Cette campagne aérienne avait ensuite été suivie d'une offensive terrestre, qui a permis au régime de reconquérir plus de la moitié de l'enclave rebelle.