Séoul reprend sa campagne de propagande à la frontière avec le Nord

  • A
  • A
Séoul reprend sa campagne de propagande à la frontière avec le Nord
Sur cette photographie datant de 2004, des soldats sud-coréens installent des haut-parleurs à la frontière avec le Nord. @ KIM JAE-HWAN / AFP
Partagez sur :

Séoul va rallumer ses haut-parleurs situés le long de sa frontière avec la Corée du Nord pour y diffuser de la musique et des informations. 

Séoul a repris vendredi sa bruyante campagne de propagande à destination de la Corée du Nord en réaction au dernier essai nucléaire de Pyongyang, alors que Washington exhorte Pékin à davantage de fermeté à l'égard de son voisin. La communauté internationale continue de chercher la meilleure réponse au défi lancé mercredi par la Corée du Nord, qui a affirmé avoir conduit un test réussi de bombe à hydrogène.

Musique pop et bulletins météo. En attendant ces représailles diplomatiques, la Corée du Sud a, comme elle l'avait annoncé, rallumé vendredi midi les puissants haut-parleurs installés à la frontière avec le Nord, et qui ont par le passé prouvé à quel point ils étaient efficaces pour irriter le régime le plus fermé au monde. Ces haut-parleurs, relancés le jour du 32e anniversaire du leader nord-coréen Kim Jong-Un, diffusent un programme éclectique mélangeant de la musique pop, des bulletins météo, des informations et des critiques du régime nord-coréen. 

Jouer sur les nerfs. Cette méthode de guerre psychologique remonte aux années de conflit ouvert entre les deux camps (1950-53), quand des unités mobiles équipées de haut-parleurs se déplaçaient le long d'une ligne de front extrêmement mouvante. Elle peut paraître désuète mais est diablement efficace.

Débranchés en août. L'été dernier, dans un contexte de vives tensions intercoréennes, ces messages avaient rendu les Nord-Coréens furieux. Pyongyang allant jusqu'à menacer d'utiliser l'artillerie pour réduire ces haut-parleurs au silence. Séoul les avait finalement débranchés dans le cadre d'un accord fin août qui avait permis de stopper une escalade qui menaçait de dégénérer en conflit armé.