Séisme au Népal : il survit 82 heures sous les décombres

  • A
  • A
Séisme au Népal : il survit 82 heures sous les décombres
@ AFP
Partagez sur :

Des secouristes français ont sorti un homme vivant des ruines d'un hôtel à Katmandou. Il a survécu plus de trois jours sous les gravats.

Voilà cinq jours que la terre a tremblé au Népal. Les chances de retrouver des survivants sont désormais quasi-nulles. Pourtant, mercredi matin, après plus de huit heures de travail, un groupe de secouristes français a sorti un jeune Népalais des décombres d'un hôtel de Katmandou. Un miraculé qui raconte ses 82 heures dans l'ombre.

Entouré de morts. Le Népalais de 27 ans a confié à Associated Press que les heures passant, l'odeur a commencé à l'incommoder. Et pour cause, autour de lui, les sauveteurs ont retrouvé cinq corps sans vie. Pour survivre sous les décombres, Rishi Khanal a dû boire sa propre urine. "Mes ongles étaient tout blancs, mes lèvres gercées", décrit-il depuis son lit d'hôpital. Au bout de quelques temps, le jeune homme avait fini par perdre espoir. "J'étais certain que personne ne viendrait, que j'allais mourir", était-il persuadé.

Pendant plus de 72 heures, le miraculé n'a pas cessé de taper contre les décombres. "Aucun son ne semblait entrer ni sortir des décombres […] jusqu'à ce que quelqu'un me réponde et vienne à mon aide", témoigne-t-il. Thierry Velu, chef de opérations de secours français, raconte que le jeune homme avait des clés dans sa main pour taper contre les gravats. "Il avait l'air paniqué parce qu'il entendait beaucoup de passage autour de lui", continue le secouriste, qui explique que Rishi Khanal avait totalement perdu la notion du temps.



Népal : "La victime a embrassé son sauveteur"par Europe1fr

Un soulagement pour les secouristes. Au bout d'une heure à scruter le moindre bruit avec un micro, les secouristes du Groupe de secours catastrophe français, une ONG dépêchée par le ministère des Affaires étrangères, ont entendu Rishi Khanal. Après plus de huit heures de travail, il est enfin libre. "Quand on l'a mis sur le brancard, il a embrassé le sauveteur qui avait passé le plus de temps avec lui sous les décombres", se souvient avec émotion Thierry Velu. "Il n'avait qu'une jambe cassée", indique-t-il. 

"Toute l'équipe est fière d'avoir sorti une personne", poursuit le secouriste. Un soulagement pour les Français qui n'avaient, jusqu'ici, retrouvé que des cadavres. 

>> INTERACTIF - Au Népal, un héritage culturel anéanti par le séisme

A travers ce format interactif, découvrez l'ampleur des dégâts dans les quartiers de Durbar et Patan, dans le centre de Katmandou. Pour profiter au mieux du récit, il s'ouvrira automatiquement en plein écran lorsque vous cliquerez sur "Entrer"

>> LIRE AUSSI - Népal : Google et Facebook à la rescousse

>> LIRE AUSSI - Séisme au Népal : plus de 5.000 morts, selon le dernier bilan

>> LIRE AUSSI - Séisme au Népal : les ONG face à l'urgence humanitaire

>> Europe 1 s'associe à l'appel à la générosité lancé par la Fondation de France : cliquez ici pour faire un don