Quand la contre-soirée de Donald Trump éclipse le débat républicain

  • A
  • A
Partagez sur :

REPORTAGE – Pour contrer le dernier débat républicain diffusé sur Fox News, le milliardaire a organisé sa propre soirée pour les vétérans.

REPORTAGE

Nouvel épisode dans le feuilleton des primaires aux États-Unis. À quelques jours du tout premier caucus de l’Iowa, Donald Trump a boycotté, jeudi soir, le débat républicain qui se tenait à Des Moines, dans la capitale de l’État.

Un show devant des centaines de caméras. Le candidat entend ainsi protester contre les questions "injustes" posées selon lui par la journaliste de Fox News. À la place, Donald Trump a improvisé une soirée de levée de fonds, à quelques encablures seulement de la salle du débat républicain. Dans une salle bondée, une cantatrice a entamé l’hymne national, puis à 20 heures tapantes, alors que le débat commençait à la télévision au même moment, le milliardaire est monté sur la scène pour faire un véritable show.

"J’aurais aimé être là-bas, mais il faut savoir se défendre quand on est maltraité. On leur dira qu’ici on a plus de caméras", a lancé Donald Trump à la foule venue l’écouter. Et c’est en effet une forêt de caméras qui est venue couvrir l’évènement. Cent cinquante journalistes ont fait le déplacement pour ce show retransmis en direct sur les chaînes concurrentes à Fox News.

Un magistral bras d’honneur à l'establishment. Donald Trump s’est offert, ce soir-là, le luxe de recevoir le soutien de deux autres candidats du camp républicain. Des vétérans ont été invités à monter sur scène au moment de l’annonce en fanfare de la levée de plus de 5 millions de dollars en seulement un jour. Annonce accueillie par un tonnerre d’applaudissements.

Lui que les sondages donnent toujours favori à quelques jours du vote, a réussi ce tour de force : éviter les questions qui dérangent tout en faisant sa publicité et en bâillonnant les critiques. Difficile, pour ses adversaires, de grincer contre ces millions offerts aux vétérans. Donald Trump a même mis la main à la poche en versant 1 million de dollars. Le prix à payer pour un magistral bras d’honneur à l'establishment.