Pour Obama, Trump ne sera pas le prochain président des Etats-Unis

  • A
  • A
Pour Obama, Trump ne sera pas le prochain président des Etats-Unis
@ Evan Vucci / POOL / AFP
Partagez sur :

PRONOSTIC - Dans une interview donnée à la NBC, Obama dit croire que les Américains feront le choix d'une politique qui nourrit l'espoir et non la crainte.

"Revenez me voir quand il aura gagné" : le président américain Barack Obama ne croit pas aux chances de Donald Trump, en tête dans les sondages dans le camp républicain, dans la prochaine course à la Maison-Blanche.

Optimisme du président. Le président américain, au pouvoir depuis sept ans, se sent-il responsable de l'état d'esprit du pays qui a permis à un candidat comme Trump d'émerger au cours des derniers mois ? "Le message que Donald Trump met en avant a eu un certain écho (au sein de la population américaine, ndlr) à de nombreuses reprises dans notre histoire", souligne Barack Obama dans un entretien à l'émission "Today" diffusée sur NBC. "Mais j'ai confiance dans le fait que l'écrasante majorité des Américains sont favorables à des politiques qui nourrissent nos espoirs et pas nos craintes, des politiques qui nous rassemblent plutôt qu'elles nous divisent et des politiques qui ne se résument pas à des solutions simplistes et à la recherche de boucs émissaires", ajoute-t-il.

Il souffle "sur les flammes de l'intolérance". A plusieurs reprises, Barack Obama, qui s'est tenu jusqu'ici à l'écart de la campagne visant à désigner son successeur en novembre, a dénoncé les propos du milliardaire sur les migrants, l'accusant de "souffler sur les flammes de l'intolérance".

Trump déjà critiqué par la Maison-Blanche. Début décembre, la Maison-Blanche avait déjà réagi avec une virulence inhabituelle aux déclarations du candidat républicain proposant d'interdire temporairement l'entrée des Etats-Unis aux musulmans, dans la foulée de l'attentat de San Bernardino qui a fait 14 morts. "Ce qu'a dit Donald Trump le disqualifie pour être président", avait lâché Josh Earnest, porte-parole de Barack Obama, dénonçant des propos "cyniques", "destructeurs" et "moralement répréhensibles".