Pedro Sanchez reprend la tête du parti socialiste espagnol

  • A
  • A
Pedro Sanchez reprend la tête du parti socialiste espagnol
Pedro Sanchez a repris la tête du parti socialiste espagnol, après en avoir été évincé en octobre dernier.@ PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP
Partagez sur :

Farouche opposant à la politique du conservateur Mariano Rajoy, Pedro Sanchez a repris la tête du parti socialiste espagnol en remportant la primaire interne, dimanche.

Pedro Sanchez, farouchement opposé aux conservateurs qui gouvernent l'Espagne, a remporté dimanche les primaires du Parti socialiste, reprenant la direction de ce parti et menaçant la stabilité du gouvernement minoritaire de Mariano Rajoy.

Sanchez a attaqué sans relâche Mariano Rajoy. Pedro Sanchez a remporté 50% des voix contre 40% pour Susana Diaz, la candidate des barons du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE).

Pedro Sanchez, déboulonné par la hiérarchie du parti en octobre dernier, a réussi un retournement spectaculaire et séduit les militants en continuant à attaquer sans relâche Mariano Rajoy et son Parti Populaire (PP), secoué par des scandales de corruption.

"Une opposition utile" contre "l'austérité". "Le Parti socialiste va mener une opposition utile pour défendre la majorité qui est lasse de la corruption du PP et qui souffre de la précarité de l'emploi et des mesures d'austérité" des conservateurs, a-t-il déclaré aux militants en liesse.

Mariano Rajoy, qui dirige un gouvernement minoritaire depuis six mois, a réussi jusqu'à présent à faire passer plusieurs mesures avec l'aide du PSOE.

Vers des élections anticipées ? Une opposition systématique du deuxième parti d'Espagne qu'est le PSOE risque de le contraindre à retourner aux urnes avant la fin de son second mandat en 2020, selon les analystes. "Si Sanchez gagne, je m'attends à ce que d'ici à un an, un an et demi tout au plus, Rajoy convoque des élections anticipées", prévoyait avant le scrutin un ancien stratège du PSOE.

Les caciques du parti avaient forcé Pedro Sanchez à la démission en octobre dernier parce qu'il s'opposait à ce que Mariano Rajoy soit reconduit au pouvoir pour un deuxième mandat sans avoir remporté la majorité absolue aux législatives.

Laisser Rajoy gouverner, "la pire des erreurs" pour Sanchez. Craignant une nouvelle défaite s'ils provoquaient les troisièmes élections en un an, ils avaient préféré laisser M. Rajoy former un gouvernement minoritaire.

Pedro Sanchez avait taxé cette décision de "pire des erreurs" et fait appel aux militants tout au long d'une campagne acrimonieuse contre Susana Diaz, soutenue par tout l'appareil du parti