Nigeria : que sont devenues les lycéennes enlevées par Boko Haram ?

  • A
  • A
Nigeria : que sont devenues les lycéennes enlevées par Boko Haram ?
Des lycéennes ayant réussi à échapper à Boko Haram, au Nigeria.@ STR/AFP
Partagez sur :

UN AN APRES - Enlevées en avril 2014 par Boko Haram, les 276 lycéennes n’ont toujours pas été retrouvées.

Le 14 avril 2014, des combattants de Boko Haram pénètrent dans le dortoir d’un lycée de Chibok, dans l’Etat de Borno, au nord-est du Nigeria, et emmènent avec eux 276 adolescentes. Ce rapt choque le monde entier et une campagne est lancée, avec ce mot d’ordre : "Bring back our girls", "ramenez-nous nos filles". Un an après, que sait-on du sort de ces jeunes filles ?

57 ont réussi à s’échapper. Seules 57 jeunes filles ont réussi à échapper au groupe islamiste dans les heures qui ont suivi le rapt. Une vingtaine d’entre elles suivent aujourd’hui des études à l’Université américaine du Nigeria, à Yola, dans le Nord-Est du Nigeria et disent vouloir devenir médecins ou avocates. Mais les jeunes filles affirment aussi prier "tous les jours" pour leurs camarades, car on est actuellement encore sans nouvelle de 219 jeunes captives, comme l’a admis il y a quelques jours le chef de l’armée nigériane.

Séparées en plusieurs groupes. Dans un rapport rendu public mardi et qu’Europe1.fr a pu consulter, Amnesty International rapporte des témoignages d’anciens captifs de Boko Haram disant avoir vu plusieurs des lycéennes de Chibok. C’est le cas de Mary, enlevée en octobre 2014 et détenue pendant deux mois dans une maison de Gwoza. Elle affirme avoir notamment croisé des jeunes filles enlevées à Chibok et assure avoir vu "plusieurs filles enlevées aller sur les champs de bataille". 

D’après une source militaire interrogée par l’ONG de défense des droits de l’Homme, les lycéennes de Chibok ont été séparées en "trois ou quatre groupes et détenues dans différents camps de Boko Haram". Soixante-dix jeunes filles seraient aussi détenues au Tchad. 

nigeria-infographie

Peu de temps après le rapt, le chef de Boko Haram, Abubakar Shekau, avait revendiqué l’enlèvement dans une vidéo et promis de "vendre comme esclaves" ou de les "marier de force". Le 31 octobre dernier, il avait annoncé qu’elles avaient toutes été converties à l’islam et mariées. Amnesty explique ne pas savoir si les captives ont effectivement été mariées de force, mais indique avoir recueilli des témoignages d’autres femmes enlevées et forcées d’épouser des combattants de Boko Haram. 

Elles auraient été tuées. D’après Zeid Ra’ad al-hussein, directeur du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, le sort des captives de Chibok pourrait être encore plus terrible. Au début du mois, il a laissé entendre que les jeunes filles pourraient avoir été tuées par les combattants de Boko Haram qui se sont retirés de la ville de Bama, dans l’Etat de Borno. Après la reprise de cette ville par les forces nigérianes, des "fosses communes" ont été découvertes. Certains rapports font état de "meurtres des épouses des combattants et de femmes et filles retenues comme esclaves". 

Un an après, l’espoir de revoir un jour les lycéennes enlevées s’amenuise. Malala, lauréate pakistanaise du prix Nobel de la paix, a appelé lundi la communauté internationale à faire plus pour leur libération. Un rassemblement est notamment prévu mardi à Paris, mais même le hashtag #BringBackOurGirls ne semble plus mobiliser les foules.

>> LIRE AUSSI - Boko Haram aurait enlevé plus de 400 femmes et enfants

>> LIRE AUSSI - Le Nigeria pourra-t-il "balayer" Boko Haram ?

>> LIRE AUSSI - La folie meurtrière de Boko Haram