NBA : LeBron James et Stephen Curry passent à l'attaque face à Trump

  • A
  • A
NBA : LeBron James et Stephen Curry passent à l'attaque face à Trump
Cette fois-ci, LeBron James et Stephen Curry ne s'affrontent pas sur le parquet mais font front commun contre Donald Trump@ JASON MILLER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

LeBron James défend la diversité de son pays contre le décret anti-immigration tandis que Stephen Curry conteste les propos de son équipementier, favorables au nouveau président.

Les deux superstars de la NBA LeBron James et Stephen Curry ne digèrent pas l'élection de Donald Trump à la Maison-Blanche, le premier critiquant son décret migratoire, le second son équipementier pour des propos pro-Trump.

LeBron James contre le décret de Trump. Dans un entretien au magazine Hollywood Reporter paru mercredi, LeBron James a dénoncé le décret anti-immigration pris par Donald Trump qui suspend l'entrée aux États-Unis des ressortissants de sept pays à majorité musulmane pendant au moins trois mois et des réfugiés pendant quatre mois. "Je ne suis pas en faveur de cette politique ou de toute politique qui exclut et divise les gens", a déclaré le joueur-vedette de Cleveland.

"La diversité fait la force de ce pays". "Je suis aux côtés des très nombreux Américains qui croient que cette politique ne représente pas ce que sont les États-Unis et nous devons continuer à faire entendre notre voix", a poursuivi le triple champion NBA. "La diversité fait la force de ce pays", a-t-il ajouté. Durant la campagne présidentielle, "King James" s'était engagé aux côtés de la candidate démocrate Hillary Clinton, tout comme l'autre superstar de la NBA, Stephen Curry, qui s'est aussi exprimé mercredi.

"Rien ne pourra obliger" Stephen Curry à être "ce qu'[il] n'[est] pas". En cause, le grand patron d'Under Armour, son équipementier et principal sponsor, qui a tenu des propos favorables à Trump. "J'ai passé toute la journée de mardi au téléphone avec tout plein de personnes d'Under Armour et avec mon entourage pour essayer de comprendre ce qu'il se passait et quelle était vraiment la position d'Under Armour", a expliqué Curry au quotidien Mercury News. "Si les dirigeants (d'Under Armour) n'ont pas les mêmes valeurs que moi, aucune somme d'argent, rien ne pourra m'obliger à être ce que je ne suis pas", a prévenu le double meilleur joueur (MVP) en titre de NBA.

Un "président favorable aux affaires". Le directeur général d'Under Armour, Kevin Plank, avait déclaré lors d'un entretien à la chaîne de télévision CNBC mardi que Donald Trump était "un président favorable aux affaires, ce qui était un véritable atout pour le pays". Curry est la figure de proue pour le basket d'Under Armour, une marque américaine de produits sportifs, concurrent direct en NBA des géants Nike et Adidas. Curry a assuré en plaisantant lors de son entretien avec le Mercury News qu'il était "d'accord avec cette description d'atout (asset en anglais), à condition d'enlever 'et' à la fin", ce qui donne le mot "ass", c'est-à-dire fesses.