Mexique : payer pour le mur frontalier avec les États-Unis "n'est pas négociable"

  • A
  • A
Mexique : payer pour le mur frontalier avec les États-Unis "n'est pas négociable"
Le ministre mexicain des Affaires étrangères, Luis Videgaray, le répète : le financement de la construction du mur n'est "pas négociable"@ RONALDO SCHEMIDT / AFP
Partagez sur :

Le gouvernement mexicain ne cesse de le marteler, il refuse de financier la construction du mur entre les États-Unis et le Mexique, quitte à tendre ses relations avec Donald Trump.

Le ministre mexicain des Affaires étrangères, Luis Videgaray, a répété jeudi que le Mexique ne payera pas le mur que le président américain Donald Trump veut construire à la frontière entre les deux pays, ajoutant que ce "n'est simplement pas négociable".

Le début d'une "nouvelle relation" avec Trump. "Il y a des choses qui ne sont pas négociables, des choses qui ne peuvent ni ne seront négociées", a-t-il martelé lors d'une conférence de presse à Washington. "Le fait de dire que le Mexique puisse payer pour le mur est une chose qui n'est simplement pas négociable", a-t-il ajouté. "Nous reconnaissons que c'est le début d'une nouvelle relation avec le président Trump et avec son gouvernement. Nous reconnaissons que, comme l'a dit le président Peña Nieto, nous sommes prêts à négocier. Nous avons des priorités et des objectifs clairs", a poursuivi le chef de la diplomatie mexicaine.

Une construction financée par une taxe de 20% ? Luis Videgaray était présent à Washington avec une délégation mexicaine pour préparer la visite le 31 janvier du président mexicain, Enrique Peña Nieto. Mais ce dernier a renoncé jeudi à ce déplacement, devant l'insistance de Donald Trump pour que les Mexicains assument le coût de construction du mur frontalier, destiné à endiguer l'immigration illégale vers la première économie mondiale.

Le président américain envisage de financer la construction du mur en imposant une taxe de 20% sur tous les produits venus du Mexique, a avancé son porte-parole Sean Spicer jeudi après-midi, avant de faire partiellement machine arrière sur ses propos, affirmant qu'il s'agissait seulement d'une proposition parmi d'autres.