Macron va s'entretenir avec Erdogan du cas de Loup Bureau, journaliste français détenu en Turquie

  • A
  • A
Macron va s'entretenir avec Erdogan du cas de Loup Bureau, journaliste français détenu en Turquie
Loup Bureau est détenu en Turquie depuis le 26 juillet.@ Capture d'écran Twitter.
Partagez sur :

Le président français va discuter avec son homologue turc de la situation de Loup Bureau, journaliste français détenu en Turquie depuis le 26 juillet.

Emmanuel Macron va s'entretenir avec le président turc Recep Tayyip Erdogan "dans les prochains jours" et abordera avec lui le cas de Loup Bureau, journaliste français détenu en Turquie depuis le 26 juillet pour soupçon d'appartenance à une "organisation terroriste armée", a indiqué l'Élysée à franceinfo vendredi. La veille, l'avocat du journaliste, Maître Martin Pradel, avait appelé Emmanuel Macron à "se saisir" de la situation, regrettant l'absence de réactions du président de la République.

Dossier très suivi. L'Élysée affirme que "le président suit avec une grande attention le dossier Loup Bureau. Il est tenu informé par son équipe diplomatique de l'évolution de la situation concernant ce ressortissant français". De plus, "le ministère des Affaires étrangères est en contact avec les autorités turques sur ce dossier et les équipes pleinement mobilisées sont régulièrement en contact avec la famille".

"La mobilisation politique n'existe pas". Jeudi, Loïc Bureau, le père du journaliste, avait déploré sur Europe 1 le manque de réaction des autorités. "Depuis l'annonce de sa détention, la mobilisation politique n'existe pas", déplore-t-il. Il n'a que très peu de nouvelles de son fils. "Mon fils continue à être en isolement total. Depuis deux semaines, nous n'avons eu qu'un coup de téléphone, très bref, après une semaine de garde à vue", indique Loïc Bureau. "Les autorités turques savent très bien qu'il n'y a rien d'autre qu'un reportage réalisé en 2013, qui date de quatre ans. Un reportage public, disponible en libre service, et qui n'est ni anti-turcs, ni pro-kurdes", soutient-il.