Macron : "L'heure est au travail collectif" avec l'Italie

  • A
  • A
Macron : "L'heure est au travail collectif" avec l'Italie
Emmanuel Macron veut désamorcer la crise diplomatique avec l'Italie.@ Ludovic MARIN / POOL / AFP
Partagez sur :

Emmanuel Macron a tenu jeudi à démentir toute crise diplomatique avec l'Italie, quelques jours après des déclarations jugées hostiles entre les deux pays.

"L'heure est au travail collectif" avec l'Italie, a déclaré jeudi Emmanuel Macron, après l'annonce du maintien de son rendez-vous vendredi à Paris avec le président du Conseil italien Giuseppe Conte. À la question, posée par un journaliste lors d'un déplacement à Rochefort, en Charente-Maritime : l'heure est à l'apaisement avec l'Italie ? Le chef de l'État a répondu: "Oui bien sûr. L'heure est au travail collectif".

Tensions passées autour de l'Aquarius. Giuseppe Conte a maintenu jeudi son rendez-vous à Paris avec Emmanuel Macron malgré les fortes tensions diplomatiques entre les deux pays sur la question des migrants. Le gouvernement italien avait menacé d'annuler ce rendez-vous, faute d'excuses officielles d'Emmanuel Macron. Celui-ci avait dénoncé mardi "la part de cynisme et d'irresponsabilité du gouvernement italien" dans la gestion de l'Aquarius, le navire humanitaire transportant plus de 600 migrants clandestins que Rome avait refusé de laisser accoster.

"Travailler de manière partenariale". Un communiqué indiquait jeudi matin qu'Emmanuel Macron avait "souligné", lors d'un entretien téléphonique avec le président du Conseil italien, "qu'il n'avait tenu aucun propos visant à offenser l'Italie et le peuple italien". "Notre Europe a besoin de quoi ? De solutions. Ce à quoi je m'évertue depuis que j'ai été élu", a expliqué le président jeudi à Rochefort. "Les solutions passent parfois par des tensions légitimes quand on est en désaccord, elles passent aussi par une volonté de travailler ensemble. En tout cas moi je poursuis depuis le début de mon mandat une volonté de travailler avec l'Italie, de l'autre côté de la Méditerranée travailler pour protéger nos frontières, travailler de manière partenariale parce que nous avons des frontières communes", a poursuivi le président français.