L'Europe veut fermer la route des Balkans aux migrants

  • A
  • A
L'Europe veut fermer la route des Balkans aux migrants
Des migrants qui font la queue dimanche pour passer la frontière entre la Grèce et la Macédoine. Image d'illustration.@ LOUISA GOULIAMAKI / AFP
Partagez sur :

Selon "Le Figaro", le projet que l'UE va adopter lundi comprend la fermeture de la route des Balkans.

Comment empêcher les migrants d'emprunter la route des Balkans pour arriver sur le vieux continent ? L'Union européenne semble avoir trouvé une solution radicale. Dimanche soir, ses 28 membres se sont mis d'accord pour tout simplement fermer cette voie d'accès, selon une information publiée lundi par Le Figaro

"Cette route est désormais fermée". Lundi, lors d'un sommet consacré à la question migratoire, l'Union européenne devrait adopter un projet de résolution comprenant la fermeture de la route des Balkans. "Le flot des migrants irréguliers le long des Balkans occidentaux arrive à sa fin : cette route est désormais fermée", indique le texte. "L'UE soutiendra la Grèce dans ce moment difficile et fera le maximum pour aider à gérer la situation", est-il précisé.

Des contrôles malgré Schengen. La route des Balkans a permis depuis l'année dernière à plus d'un million de réfugiés d'arriver dans l'Union européenne. Mais en passant par la Turquie puis la Grèce, ils étaient ces derniers mois confrontés aux contrôles instaurés à leur frontière par l'Autriche, la Hongrie ou encore la Croatie, malgré la libre circulation permise par l'espace Schengen. 

Pression sur la Turquie. Lundi, le deuxième sommet extraordinaire en moins de quatre mois va aussi permettre à l'Union européenne de faire pression sur la Turquie. L'UE veut convaincre Ankara de l'aider dans la gestion de la crise migratoire. Les flux de réfugiés ne faiblissent pas depuis le début de l'année. Venus de Turquie, quelque 2.000 migrants débarquent chaque jour sur les côtes grecques, poussant le pays au bord de la crise humanitaire. L'Union européenne souhaiterait donc qu'Ankara s'engage concrètement dans le contrôle de ses frontières.