Les femmes plus sensibles à la migraine

  • A
  • A
Les femmes plus sensibles à la migraine
La migraine touche en france 5 millions de femmes, contre trois millions d'hommes.@ MAXPPP
Partagez sur :

Une étude américaine montre que la perception de la douleur diffère selon les sexes.

La migraine n’a que faire de la parité. D’abord parce que ce tristement banal mal de tête touche les femmes en plus grand nombre. En France, 5 millions de femmes, contre 3 millions d'hommes, en souffrent ainsi régulièrement. Ensuite, et surtout, parce que la douleur semble plus forte chez les malades du sexe féminin. Sur ce deuxième point, une étude américaine, relayée mardi par Le Figaro, semble avoir résolu ce mystère. Sa conclusion : les femmes sont plus sensibles à la douleur que les hommes.

En cause : le circuit des émotions déplaisantes

"Le circuit des émotions déplaisantes liées à la douleur est plus intensément impliqué chez les femmes que chez les hommes", explique ainsi le professeur Nasim Maleki, qui a dirigé l’étude, publiée dans le numéro d’août de la revue Brain.

La chercheuse et son équipe se sont intéressés non pas à l’origine de la douleur mais à la façon dont elle est traitée par le cerveau. Ces spécialistes ont comparé les résultats d’IRM effectuées sur des femmes migraineuses par rapport à ceux d'hommes migraineux et de femmes non migraineuses. Et ils ont constaté qu’à douleur égale, le traitement de cette douleur par le cerveau diffère.

De là à conclure que les femmes sont plus "douillettes" que les hommes, il n’y a qu’un pas que Nasim Maleki… franchit. "On peut le supposer car, chez elles, le système de gestion des émotions est plus réactif", explique-t-elle au Figaro.

Pas la même maladie ?

Autre constatation : lors des douleurs migraineuses, le "circuit de récompense" est activé chez l’homme. "C'est un système qui leur procure en cas de douleur un peu de bien-être, dans la mesure où ils attendent quelque chose de positif provenant de cette douleur", explique le Dr Damien Mascret, invité d'Europe 1. Or, ce phénomène à même d'atténuer le mal n’existe pas chez la femme. "Nous n'avons pas encore d'explication à cela", reconnaît Nasim Maleki.

Au final donc, l’inégalité des sexes face à la migraine est criante. Au point que le professeur américain est tenté de dissocier les deux maux. "Étant donné la façon dont la migraine se manifeste chez les hommes et chez les femmes, et son évolution entre l'enfance et l'âge adulte, je pense qu'il s'agit d'une maladie différente et qui n'implique pas les mêmes circuits cérébraux selon le sexe". En clair, il s’agirait tout bonnement de deux maladies différentes.