Le pape François dans un bidonville au Kenya avant de gagner l'Ouganda

  • A
  • A
Le pape François dans un bidonville au Kenya avant de gagner l'Ouganda
@ OSSERVATORE ROMANO / AFP
Partagez sur :

Le nonce apostolique termine vendredi son séjour au Kenya avant de se rendre en Ouganda, deuxième étape de son voyage en Afrique. 

Le pape François doit visiter vendredi matin, au dernier jour de son séjour au Kenya, un bidonville pollué de Nairobi où se concentrent les dégradations environnementales et humaines qu'il a dénoncées jeudi devant l'ONU, avant de rejoindre la deuxième étape de son séjour africain, l'Ouganda.

Un bidonville de 100.000 habitants. François se rend aux premières heures dans la paroisse catholique de Saint-Joseph Travailleur, au milieu de ce bidonville où s'entassent plus de 100.000 habitants. "La visite au bidonville de Kangemi sera pour le pape une manière d'illustrer de manière concrète les maux d'une mégalopole africaine", a expliqué le père Federico Lombardi, porte-parole du Vatican. 

Après sa visite au bidonville, François se rendra au stade de Kasarani, à 22 kilomètres de là, où il rencontrera la jeunesse kényane. Il achèvera sa visite à Nairobi par une rencontre à huis clos avec une trentaine d'évêques.

L'environnement, préoccupation du pape. Dans un discours remarqué jeudi soir, Jorge Bergoglio est revenu sur les thèmes de son encyclique "Laudato si'" ("Loué sois-tu"), publiée au printemps, dans laquelle il affirme que la dégradation de l'environnement et celle de la qualité de vie sont intimement liées. Immigration clandestine, trafics et drogue, prostitution, avortements, criminalité, pollution, chômage, maladies endémiques, tout va de pair, selon l'analyse du pape.

Direction l'Ouganda. Un court vol l'emmènera ensuite en Ouganda, deuxième étape de son voyage africain, où il atterrira dans l'après-midi sur l'aéroport d'Entebbe. Il rencontrera le président Yoweri Museveni, la classe politique et le corps diplomatique et prononcera le premier discours de son séjour d'un jour et demi dans ce pays au passé tragique de guerres, de violences et de dictatures, avec un taux particulièrement élevé de victimes du sida.

La dernière étape de cette journée chargée se déroulera à Munyonyo, près de Kampala, où en 1886 le roi ougandais Mwanga avait condamné à mort de jeunes pages chrétiens qui avaient refusé d'adjurer leur foi et de devenir ses esclaves sexuels.