La Suède reconnait l'Etat palestinien et irrite Israël

  • A
  • A
La Suède reconnait l'Etat palestinien et irrite Israël
@ REUTERS/Carlos Garcia Rawlin
Partagez sur :

DIPLOMATIE - Le nouveau gouvernement suédois y voit "un signal important", Israël parle d'une décisions prématurée, à la limite de l'amateurisme.

En annonçant sa décision de bientôt reconnaitre la Palestine,  une première pour un pays occidental membre de l'Union européenne, le nouveau gouvernement suédois s'est attiré les foudres d'Israël. Jerusalem estime que cette décision va compliquer les négociations qui patinent depuis des décennies. Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, s'est félicité de cette "grande et noble" initiative suédoise et a souhaité que d'autres capitales suivent l'exemple de Stockholm.

>> LIRE AUSSI - Gaza : la diplomatie internationale "manque de courage"

05.10.Suede.Lofven.Reuters.640.640

© REUTERS

La Suède veut agir pour "une reconnaissance mutuelle". Le nouveau gouvernement formé vendredi, qui allie sociaux-démocrates et Verts, a décidé de prendre ses distances avec la diplomatie traditionnelle de la Suède, très souvent alignées sur les positions des Etats-Unis et de l'Europe de l'Ouest. "Une solution à deux États suppose une reconnaissance mutuelle et la volonté d'une coexistence pacifique. C'est pourquoi la Suède va reconnaître l'État de Palestine", a déclaré le Premier ministre Löfven dans son discours de politique générale. Cela doit se faire dans le respect "des exigences légitimes à la fois des Palestiniens et des Israéliens quant à leur autodétermination et leur sécurité", a-t-il précisé.

Israël accuse Stockholm de méconnaitre le sujet. Sans surprise, cette annonce a suscité une réaction négative d'Israël, qui a adopté un ton corrosif. "Le chef de la diplomatie Avigdor Lieberman a regretté les déclarations hâtives faites par le nouveau Premier ministre sur une reconnaissance par la Suède d'un Etat palestinien, avant même apparemment qu'il n'ait eu le temps d'étudier la question en profondeur", a réagi le bureau du ministre israélien des Affaires étrangères dans un communiqué. "Le Premier ministre Löfven doit comprendre qu'aucune déclaration ou action par une partie externe ne peut se substituer à des négociations directes entre les deux parties" israélienne et palestinienne, a-t-il poursuivi plus diplomatiquement.

>> LIRE AUSSI - Israël annonce de nouvelles annexions en Cisjordanie

Les Etats-Unis jugent cette décision "prématurée". Les Etats-Unis ont pour leur part prévenu que toute "reconnaissance internationale d'un Etat palestinien" était "prématurée". La porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki a réaffirmé le "soutien" de Washington au principe d'un "Etat palestinien", mais par le biais d'un processus de paix, d'une "solution négociée" et de "reconnaissance mutuelle" entre Palestiniens et Israël. "Ce sont les parties qui doivent vouloir et pouvoir aller de l'avant", a-t-elle  plaidé.

Selon un décompte de l'AFP, au moins 112 pays ont reconnu l'État de Palestine. D'après l'autorité palestinienne, ils seraient 134, dont sept membres de l'Union européenne : la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, Malte et Chypre.

>> LIRE AUSSI - BHL : Israël ne tue pas des Palestiniens "pour le plaisir"