La Crimée se replie sur elle-même

  • A
  • A
La Crimée se replie sur elle-même
@ Reuters / David Mdzinarishvili
Partagez sur :

FRONTIÈRES - Sortir de la péninsule devient difficile à quelques jours du référendum sur le rattachement à la Russie.

L'INFO. La Crimée prépare les esprits. La péninsule est en train de s’isoler du reste de l’Ukraine et tout semble en place pour une sécession de la Crimée. Au moment où elle se prépare à voter pour son indépendance, elle reprend la main sur ses frontières, au détriment de Kiev.

Le 16 mars, les deux millions d'habitants de la Crimée devront dire s'ils veulent être rattachés à Moscou. Mais mardi matin, les passagers ont été pris de court à l’aéroport. Plus aucun vol ne partait de Simféropol, ni au départ, ni à l’arrivée. Sauf pour une seule destination : Moscou, en pays allié.

"C'est pour votre sécurité". Le vol en provenance de Kiev a même dû être dérouté vers Odessa. Une passagère, complètement perdue au milieu de l’aérogare, s'inquiète : "On a aucune explication. Je ne comprends pas", explique-t-elle à Europe 1. "J’imagine qu’ils ont un projet bien précis, celui de nous empêcher de bouger jusqu’au vote de dimanche."

C'est bien ce qui semble se passer en Crimée, qui s'isole du reste de l'Ukraine. Les milices pro-russes ont pris le contrôle de l’aéroport, de la tour de contrôle, des pistes depuis plusieurs semaines. Mais si presque plus aucun avion ne décolle, à en croire un milicien rencontré par Europe 1, " c'est pour votre sécurité, croyez-moi. On ne sait jamais ce qui peut arriver avec tous ces jeunes qui viennent de Maïdan", explique-t-il. "Ils feraient tout pour perturber le référendum. Nous, on est là pour maintenir l’ordre et la stabilité."

Le rail et la route concernés. Le blocage ne s'arrête pas aux grilles de l'aéroport. Sur les routes qui relient la Crimée à l’Ukraine, il y a désormais de véritables postes frontières avec des hommes en armes. A la gare, les trains circulent encore mais les arrivées sont très surveillées. Et il n’y a que très peu de tickets à la vente. Le mot d'ordre semble bien être : les habitants de Crimée restent en Crimée.

sur le même sujet, sujet,

ZOOM - Pourquoi Moscou veut mettre la main sur la Crimée

ANALYSE - Pourquoi l'Allemagne est en première ligne sur l'Ukraine

INTERVIEW - Ukraine : "les Russes sont un peu coincés"