La Corée du Nord ravitaillée en mer par des pétroliers russes

  • A
  • A
La Corée du Nord ravitaillée en mer par des pétroliers russes
Ces transferts se sont produits au moins à trois reprises en octobre et en novembre, ont précisé les deux sources anonymes. Image d'illustration. @ BORIS HORVAT / AFP
Partagez sur :

L'Etat russe n'est pas forcément impliqué car ces pétroliers feraient de la contrebande. 

Des navires russes ont fourni ces derniers mois des produits pétroliers à la Corée du Nord en transférant leur cargaison à des navires nord-coréen depuis le large en violation des dispositions adoptées aux Nations unies, a-t-on appris auprès de deux sources européennes.

L'Etat russe, pas forcément impliqué. Ces transferts se sont produits au moins à trois reprises en octobre et en novembre, ont précisé les deux sources "Des bateaux russes ont effectué les transferts de produits pétrochimiques de navire à navire en violations des sanctions", a dit la première des deux sources qui s'exprimait sous le sceau de l'anonymat. Une deuxième source, indépendante de la première, a confirmé ces transferts tout en précisant qu'il n'existait aucune preuve de l'implication du gouvernement russe. "Rien ne prouve que le gouvernement russe appuie ces transferts, mais ces vaisseaux russes sont une bouée de secours pour les Nord-Coréens", a dit cette source. L'une et l'autre appuient leurs propos sur des informations issues du renseignement militaire et sur des images satellites qui montrent des bateaux russes opérant au large. Contacté par Reuters, le ministère des Affaires étrangères et les services des douanes russes ont refusé de s'exprimer, tandis que le propriétaire d'un des bateaux soupçonné de contrebande a réfuté ces informations.

La Chine accusée aussi. Leur divulgation intervient alors que les Etats-Unis ont accusé cette semaine la Chine de continuer de fournir du pétrole russe, ce dont Pékin se défend.

Le pétrole, vital pour Pyongyang. La fourniture de produits pétroliers est vitale pour le régime de Pyongyang, tant pour faire tourner son économie que pour poursuivre le développement des ses programmes de missiles balistiques et d'engins nucléaires qui suscitent la préoccupation des Etats-Unis et de leurs alliés en Asie.