La Corée du Nord demande à l'ONU de dénoncer les manoeuvres américano-sud-coréennes

  • A
  • A
La Corée du Nord demande à l'ONU de dénoncer les manoeuvres américano-sud-coréennes
Kim Jong-Un, le dictateur nord-coréen. @ KNS / KCNA / AFP
Partagez sur :

Les Etats-Unis et la Corée du Sud ont entamé le 6 mars dernier des manoeuvres militaires communes, une "menace" juge Pyongyang.

La Corée du Nord a demandé mercredi au Conseil de sécurité de l'ONU de se réunir pour dénoncer les manoeuvres militaires conjointes entre la Corée du Sud et les Etats-Unis.

"Grave menace". Dans une lettre au Conseil, le représentant permanent nord-coréen Ja Song Nam affirme que ces manoeuvres annuelles "constituent une grave menace contre la Corée du Nord, ainsi que contre la paix et la sécurité internationales, qui mérite un examen urgent par le Conseil de sécurité". "En conséquence, je demande que la question des exercices militaires conjoints soit mise à l'ordre du jour du Conseil et qu'une réunion du Conseil se tienne d'urgence", ajoute l'ambassadeur. De précédentes demandes nord-coréennes en ce sens sont toutes restées lettre morte.

Une instance "aux mains d'une seule puissance". Si ce devait être le cas une nouvelle fois, ajoute la lettre, "cela montrerait que (le Conseil) non seulement a renoncé à sa mission prioritaire (..) et a perdu sa crédibilité internationale mais qu'il est aussi devenu un instrument politique aux mains d'une seule puissance", une allusion aux Etats-Unis.

Contexte très tendu. Les forces sud-coréennes et américaines ont entamé le 6 mars les plus importantes manoeuvres conjointes jamais organisées sur la péninsule coréenne, auxquelles Pyongyang a menacé de répondre par des frappes nucléaires "à l'aveugle". Ces exercices annuels entre les deux alliés aggravent systématiquement les tensions entre le Nord et le Sud. Ils interviennent cette année dans un contexte particulièrement crispé. La Corée du Nord a mené coup sur coup depuis le début de l'année son quatrième essai nucléaire et un tir de missile. A l'initiative de Washington, le Conseil a répliqué en imposant une nouvelle série de lourdes sanctions contre Pyongyang.