L'ambassadeur de Russie en France : "on veut déstabiliser la Russie"

  • A
  • A
L'ambassadeur de Russie en France : "on veut déstabiliser la Russie"
@ AFP
Partagez sur :

Alexandre Orlov, ambassadeur de Russie en France, réfute toute implication du gouvernement dans l'assassinat de l'opposant Boris Nemtsov.

Le pouvoir russe est dans l’œil du cyclone. Après l'assassinat de l'opposant Boris Nemtsov, tué par balles en plein centre de Moscou, dans la nuit de vendredi à samedi, tous les regards se tournent vers le Kremlin. Mais le gouvernement réfute toute implication dans ce meurtre. "Il n'y a aucune preuve que Poutine a commandité ce meurtre. En attendant les conclusions de l'enquête, le seul motif c'est de déstabiliser la Russie et décrédibiliser le président, puisqu'on a tout de suite mis l'assassinat sur son dos", a assuré Alexandre Orlov, l'ambassadeur de Russie en France, interrogé dimanche sur Europe 1.

"C'est un peu trop facile" d'accuser Poutine. Comme un symbole, Boris Nemtsov a été assassiné à quelques mètres du Kremlin. "C'est un peu trop facile. On a choisi la place en face du Kremlin pour indiquer les commanditaires. Mais Boris Nemtsov n'a pas été assassiné pour ses idées. Ses idées ultra-libérales ont été appliquées dans les années 1990, par Boris Eltsine. Dire que Boris Nemtsov était une menace pour Poutine, non je ne crois pas. Ses années de gloire étaient derrière lui", a soutenu l'ambassadeur de Russie. "Je constate aujourd'hui qu'il a une guerre psychologique contre la Russie, et à cause de cela, Poutine n'a jamais été aussi populaire dans le pays. Les gens se sentent humiliés, ce qui contribue à renforcer la cohésion. On assiste à une campagne de haine contre la Russie et son président. Il faut retrouver le chemin du dialogue, sinon ça nous conduit au désastre."

Ecoutez l'ambassadeur de Russie en France :

"Il y a plusieurs versions". A l'heure actuelle, les enquêteurs ne disposent toujours d'aucune piste sérieuse pour retrouver les commanditaires de cet assassinat. "Il y a plusieurs versions, la première c'est la provocation. C'est à dire que cet assassinat intervient la veille d'une manifestation de l'opposition. Ça fait longtemps qu'on savait que le 1er mars il y aurait une marche de l'opposition à Moscou. Je crois que certains, en assassinant Nemtsov, ont voulu radicaliser le mouvement", a déclaré Alexandre Orlov. L'ambassadeur de Russie a également évoqué d'autre pistes : " La deuxième version, c'est l'hypothèse islamiste. Parce que Boris Nemtsov a pris la défense de Charlie Hebdo, après les attentats de Paris, et de manière notoire. Enfin, la troisième version : un règlement de compte personnel ou pour motif crapuleux. L'enquête nous le dira." La piste ultra-nationaliste a également été évoquée.

"Nous avons la volonté que cette enquête aboutisse". L'ancien numéro un soviétique Mikhaïl Gorbatchev a de son côté déploré la mort de Boris Nemtsov, exprimant la crainte que les assassins ne soient pas arrêtés. Car plusieurs opposants ont été tués ces dernières années en Russie, notamment la militante des droits de l'homme Natalia Estemirova en Tchétchénie, l'avocat Stanislav Markelov et la journaliste Anastasia Babourova à Moscou, de même que la journaliste Anna Politkovskaïa. Les exécutants ont parfois été arrêtés et condamnés, mais pas les commanditaires. "Nous avons la volonté que cette enquête aboutisse. Mais c'est très difficile, on est en face de professionnels", a conclu l'ambassadeur de Russie.

>> LIRE AUSSI : Qui était Boris Nemtsov ?

>> LIRE AUSSI : Le principal opposant de Poutine abattu à Moscou