Jérusalem : nouvelles tensions sur l'esplanade des Mosquées à l'occasion d'une fête juive

  • A
  • A
Jérusalem : nouvelles tensions sur l'esplanade des Mosquées à l'occasion d'une fête juive
Des juifs orthodoxes sont entrés sur l'esplanade des Mosquées. @ AHMAD GHARABLI / AFP
Partagez sur :

Des centaines de juifs ont pénétré sur l'esplanade des Mosquées pour y prier et commémorer la destruction du Temple, entraînant des rixes entre des fidèles palestiniens et la police.

Les tensions entre Israéliens et Palestiniens ont été ravivées dimanche sur l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est avec l'expulsion de plusieurs juifs qui voulaient prier sur le site et des rixes sporadiques entre fidèles palestiniens et policiers israéliens. Ces incidents ont eu lieu alors que les juifs marquaient le jour de deuil de Tisha Beav qui commémore la destruction du Temple par les Romains en l'an 70. L'esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l'islam et le premier lieu du judaïsme qui la désigne comme le mont du Temple. C'est là selon les juifs où se dressait le temple détruit. 

Des centaines de juifs sont entrés sur l'esplanade. Les musulmans peuvent prier à toute heure sur l'esplanade et les non-musulmans ont le droit de s'y rendre durant la matinée à condition de ne pas y prier, conformément à des règles tacites en vigueur depuis 1967 pour éviter les tensions, pourtant palpables à chaque fête juive. Dimanche matin, des centaines de juifs se sont rendus sur l'esplanade des Mosquées et plusieurs d'entre eux ont été expulsés du site après avoir tenté d'y prier, a indiqué la police israélienne. En tout, selon le Waqf jordanien, l'autorité en charge du lieu saint, plus de 300 juifs sont entrés sur l'esplanade située dans la Vieille ville à Jérusalem-Est, la partie palestinienne occupée et annexée par Israël. 

Des signes religieux distinctifs. Entre 07h et 12h locales, plusieurs groupes de visiteurs juifs, chacun d'une trentaine de membres sous forte escorte policière israélienne, ont parcouru les 14 hectares de l'esplanade, la plupart arborant les signes distinctifs des juifs religieux, la kippa et de longues papillotes. Dans le même temps, les musulmans qui entraient par les autres portes devaient présenter leur pièce d'identité, et pour certains la laisser aux policiers israéliens postés à des barrages pour ne la récupérer qu'une fois sortis.  A l'occasion du jour du deuil, de samedi soir à dimanche soir, des dizaines de milliers de juifs se sont en outre rendus au Mur des Lamentations, en contrebas de l'esplanade, tandis que des dizaines ont prié aux portes de l'esplanade.

Vu comme un acte de provocation. Mais certains groupes, de la mouvance de droite religieuse nationaliste, appellent à y entrer. "Sept juifs ont mis à mal l'ordre public", a indiqué la police. Ils ont prié ou tenté de prier sur le lieu saint, a indiqué Honenu, un groupe militant pour le droit des juifs à prier sur l'esplanade. Les Palestiniens considèrent ces actes comme une provocation et certains d'entre eux "ont crié et lancé des slogans" contre les fidèles juifs, a indiqué la police en affirmant avoir repoussé les Palestiniens. Des vidéos diffusées sur les médias locaux ont montré des policiers israéliens empoignant et repoussant violemment des fidèles palestiniens dont trois ont été légèrement blessés et transportés à bord d'une ambulance entrée sur l'esplanade.