Irak : huit morts dans une attaque suicide au sud de Bagdad

  • A
  • A
Irak : huit morts dans une attaque suicide au sud de Bagdad
L'attaque suicide a fait huit morts, dont sans doute certains des kamikazes (image d'illustration d'octobre 2016)@ SABAH ARAR / AFP
Partagez sur :

L'attaque, perpétrée par six personnes, a également fait six blessés dans cette région pourtant épargnée par la violence.

Huit personnes ont été tuées lundi dans une attaque suicide menée par plusieurs kamikazes dans une oasis au sud-ouest de Bagdad, en Irak, une région habituellement préservée de ce genre de violence, ont indiqué des responsables irakiens.

Les kamikazes sont été déboutés par les forces de sécurité. L'attaque à Ain al-Tamer a été perpétrée par six personnes, dont certaines ont pu avoir été tuées avant de pouvoir actionner leur charge explosive. Cette attaque a également fait six blessés, selon ces mêmes responsables irakiens. Les kamikazes ont tenté de s'infiltrer tôt dans l'oasis mais, confrontés à la réaction des forces de sécurité, ils se sont retirés dans une zone proche où ils ont fait détoner leurs explosifs, a raconté un membre du Conseil de la province de Kerbala, Masoum al-Tamimi.

L'attaque n'a pas été revendiquée. Selon le ministère de l'Intérieur, cinq des assaillants ont été abattus par les forces de sécurité et seul le sixième aurait eu le temps d'actionner sa bombe dans une maison. L'attaque n'a pas été revendiquée pour le moment mais le mode d'action rappelle celui du groupe extrémiste sunnite État islamique (EI) en Irak. Elle intervient alors que les forces irakiennes progressent vers Mossoul, le dernier fief de l'EI en Irak, dans le cadre d'une vaste offensive lancée le 17 octobre.

Des attentats relativement rares dans cette région. Les attentats dans le sud de l'Irak sont toutefois relativement rares par rapport au nombre d'attaques dans la capitale Bagdad. L'oasis d'Ain al-Tamer est toutefois située près de la province occidentale d'Al-Anbar qui fut longtemps un fief de l'EI. En août, le groupe djihadiste avait revendiqué une attaque dans cette localité qui avait fait 18 morts et 26 blessés.