Inde : un soldat miraculeusement retrouvé vivant après six jours sous la neige

  • A
  • A
Inde : un soldat miraculeusement retrouvé vivant après six jours sous la neige
Un soldat de l'armée indienne (Image d'illustration)@ ROUF BHAT / AFP
Partagez sur :

Lui et neuf de ses acolytes avaient été victimes d'une avalanche la semaine dernière. Retrouvé lundi, il est le seul survivant. 

Un soldat indien a été miraculeusement retrouvé vivant après avoir été enseveli pendant six jours sous une épaisse couche de neige à la suite d'une avalanche dans le Cachemire, ont annoncé lundi les autorités militaires indiennes.

Une avalanche meurtrière. Ce soldat miraculé figurait parmi les dix disparus à la suite de l'avalanche dans le glacier de Siachen la semaine passée et que les autorités n'avaient pratiquement plus d'espoir de les retrouver vivants. "Dans les opérations en cours à Siachen, sur les 10 soldats ensevelis (...), l'un a été retrouvé vivant", a déclaré le général D.S. Hooda dans un communiqué du commandement militaire du nord de l'Inde, tard lundi soir. "Tous les autres soldats ne sont malheureusement plus des nôtres", a-t-il ajouté.

Sous huit mètres de neige. Le soldat secouru, le lance naik (grade de l'armée indienne) Hanamanthappa, est dans une condition critique et les autorités vont essayer de l'évacuer de la montagne vers un hôpital militaire de New Delhi mardi matin. "Nous espérons que le miracle va se poursuivre. Priez avec nous", poursuit l'armée dans le communiqué. Le militaire était enterré sous huit mètres de neige, selon l'agence Press Trust of India (PTI).

8.000 morts depuis 1984. L'armée indienne patrouille le glacier Siachen, parfois surnommé "le champ de bataille le plus haut du monde" en raison du contentieux territorial qui existe entre l'Inde et le Pakistan au Cachemire. Les avalanches et les glissements de terrain sont fréquents dans la région en hiver, lorsque la température peut descendre à -60 degrés Celsius. Environ 8.000 soldats, selon les estimations, sont morts sur le glacier depuis 1984, pas au combat mais victimes d'avalanches, de glissements de terrain, d'engelures, du mal de l'altitude ou de crise cardiaque.