Florence Cassez, et maintenant ?

  • A
  • A
Florence Cassez, et maintenant ?
La Cour suprême du Mexique a rejeté la proposition de libération de Florence Cassez, condamnée à purger une peine de 60 ans de prison.@ REUTERS
Partagez sur :

Sa libération est refusée, mais quatre des cinq juges ont reconnu des violations de droits.

L'affaire Florence Cassez est loin d'être terminée. Les juges de la Cour suprême mexicaine ont rejeté mercredi la proposition de libération de la Française condamnée à 60 ans de prison et emprisonnée depuis 6 ans. Prochaine étape : la présentation d'une nouvelle proposition qui pourrait permettre de dégager une majorité. 

Les juges mexicains n'ont en effet pas réussi à se mettre d'accord mais ont globalement reconnu que Florence Cassez a été victime de violations de droits. Deux juges ont voté pour la libération de la Française, deux pour un procès en révision et un seul a voté contre. C'est la juge Olga Sanchez Cordero, qui a voté mercredi en faveur de la libération de Florence Cassez, qui a été chargée d'élaborer le nouveau projet.

Plusieurs mois avant un nouveau procès

Aucun délai n'a été fixé et l'élaboration du nouveau projet devrait prendre au moins plusieurs semaines. Quant à l'examen de ce nouveau rapport, il pourra prendre plusieurs mois et déboucher sur la tenue d'un nouveau procès, selon un responsable judiciaire.

Agustin Acosta, avocat de Florence Cassez, s'est montré relativement optimiste après l'annonce de la décision. "Nous aurions aimé que la demande soit approuvée, mais nous avons obtenu la reconnaissance de vices de procédure. Quatre juges ont établi qu'il y avait eu des infractions et un nouveau procès conduire à coup sûr à l'annulation de la peine", soutient-il.

Elle "aura la force de se battre"

L'avocat est persuadé que Florence Cassez "aura la force pour se battre" et que "de plus en plus de Mexicains croient à son innocence". "Nous avons vu un tournant de l'opinion publique très important, qui se manifeste pour qu'elle soit libérée", a-t-il assuré à Europe 1. 

Reste que le pouvoir mexicain est opposé à une libération de la France. Et Isabel Miranda de Wallace, présidente de l'association des victimes d'enlèvements et candidate du parti présidentiel à la mairie de Mexico, s'est jurée de tout faire pour empêcher la libération de Florence Cassez.