États-Unis : le Sénat retarde ses vacances pour tenter d'adopter des réformes

  • A
  • A
États-Unis : le Sénat retarde ses vacances pour tenter d'adopter des réformes
Pas de vacances pour les sénateurs américains.@ SAUL LOEB / AFP
Partagez sur :

Faute de réformes adoptées assez vite, les sénateurs américains vont devoir reporter leurs vacances estivales.

La majorité républicaine du Sénat américain a décidé mardi de reporter de deux semaines ses vacances d'été, en raison du retard pris dans l'adoption du programme législatif, notamment la réforme du système de santé, très contestée au sein du groupe majoritaire. Mitch McConnell, chef de la majorité sénatoriale, a annoncé qu'au lieu de partir en vacances fin juillet, comme initialement prévu, les sénateurs ne quitteraient la capitale que la troisième semaine d'août.

Encore des projets en attente. Le départ en vacances aurait donc lieu autour du lundi 14 août, a précisé un porte-parole du sénateur, au lieu de fin juillet. La date exacte dépendra de l'avancée des travaux, le calendrier n'étant pas inscrit dans le marbre. Le but des républicains est de voter la semaine prochaine sur la santé, puis de passer à une loi annuelle sur la Défense, indispensable au bon fonctionnement de l'armée américaine, et à la confirmation de plusieurs personnes nommées par le président Donald Trump, a indiqué Mitch McConnell.

Les démocrates bloquent. Le chef républicain a tancé l'opposition démocrate pour son "manque de coopération". La minorité mène en effet une campagne d'obstruction pour ralentir la procédure parlementaire, notamment la confirmation des nominations présidentielles, comme le lui permet le règlement du Sénat.

L'abrogation partielle d'Obamacare, la loi démocrate de 2010 sur l'assurance maladie, divise le camp républicain. Des sénateurs conservateurs et modérés s'opposent à une mouture récente de la réforme, et une nouvelle version doit être dévoilée cette semaine. Les modérés refusent de soutenir un texte qui réduirait fortement les aides publiques et priverait des millions d'Américains de couverture santé.