États-Unis : Donald Trump accuse le procureur Robert Mueller de "conflits d'intérêt"

  • A
  • A
États-Unis : Donald Trump accuse le procureur Robert Mueller de "conflits d'intérêt"
Donald Trump a accusé Robert Mueller d'être en conflit d'intérêts avec lui@ SAUL LOEB / AFP
Partagez sur :

Le président Trump a dévoilé dimanche, dans une série de tweets, qu'il avait eu une relation d'affaires "très mauvaise et conflictuelle" avec le procureur spécial chargé d'enquêter sur les soupçons d'ingérence russe dans l'élection présidentielle, estimant qu'il s'agissait d'un conflit d'intérêts.

Le président américain Donald Trump a accusé dimanche le procureur spécial Robert Mueller d'avoir des "conflits d'intérêt" qui devraient lui interdire de mener l'enquête sur les soupçons d'ingérence russe dans l'élection présidentielle de 2016.

Une ancienne relation d'affaires. Dans une série de tweets dans lesquels il attaque la crédibilité du procureur spécial, Donald Trump déclare avoir eu au cours des années "une relation d'affaires très mauvaise et conflictuelle" avec Robert Mueller. Dans le passé, Donald Trump avait déjà évoqué l'existence de conflits d'intérêt concernant Robert Mueller, mais c'est la première fois qu'il détaille publiquement ses accusations.

Mueller, un proche de l'ancien directeur du FBI. "Robert Mueller va-t-il révéler un jour ses conflits d'intérêt avec le Président Trump, dont le fait que nous avons eu une relation d'affaires très mauvaise et conflictuelle, je l'ai refusé comme chef du FBI (un jour avant sa nomination comme procureur spécial) & Comey est son ami proche", a déclaré Donald Trump dans un de ses tweets. James Comey a été démis de ses fonctions de directeur du FBI en mai 2017 par Donald Trump et se montre depuis très critique envers le président.



Trois conflits d'intérêts, selon Trump. Le New York Times a affirmé en janvier que Donald Trump avait voulu limoger aussi Robert Mueller en juin 2017 mais avait reculé après qu'un conseiller juridique de la Maison-Blanche, Don McGahn, eut menacé de démissionner s'il le faisait. Le New York Times a écrit à l'époque que Donald Trump avait évoqué trois conflits d'intérêt qui affecteraient Robert Mueller et le disqualifieraient selon lui pour mener l'enquête sur les accusations d'ingérence russe.

Il s'agirait d'un différend sur les tarifs au National Golf Club que possède Donald Trump, du travail de Robert Mueller pour un cabinet juridique qui avait représenté le gendre du président, Jared Kushner, et d'une entrevue que les deux hommes auraient eu pour examiner une candidature de Robert Mueller à la tête du FBI, la veille de sa nomination comme procureur spécial.

Une "arnaque illégale", selon le président. Dans ses tweets de dimanche, Donald Trump a répété que l'ouverture de l'enquête que dirige Robert Mueller avait été déclenchée par un dossier controversé contenant des allégations non prouvées sur le candidat républicain et rédigé par un ancien membre des services de renseignement britanniques, Christopher Steele.

Donald Trump s'est aussi demandé dans ses messages pourquoi Robert Mueller n'enquêtait pas également sur les démocrates. "Il n'y a Pas de Collusion ! La Chasse aux Sorcières Truquée de Robert Mueller, menée à présent par 17 Démocrates en Colère (contre 13 auparavant, dont un avocat de la Maison-Blanche d'Obama), a été lancée par un Dossier frauduleux, payé par Hillary la Crapule et le DNC. Par conséquent, la Chasse aux Sorcières est une Arnaque illégale!", a écrit le président. DNC est l'acronyme du Comité national démocrate.

"Et aussi, pourquoi est-ce que Mueller n'engage que des Démocrates en Colère, dont certains ont travaillé pour Hillay la Crapule et d'autres, comme lui-même, ont travaillé pour Obama... Et pourquoi Mueller ne regarde-t-il pas toute l'activité criminelle & et la vraie Collusion Russe du côté démocrate - Podesta, Dossier ?", a encore tweeté Donald Trump. Le démocrate John Podesta était le directeur de l'équipe de Mme Clinton pendant la campagne électorale de 2016.

Une enquête sur les liens Trump-Russie. En tant que procureur spécial, Robert Mueller doit déterminer si des responsables russes se sont ingérés dans la campagne présidentielle américaine de 2016, s'il y a eu une collusion entre des officiels russes et l'équipe de campagne du candidat républicain, et si par la suite Donald Trump s'est rendu coupable d'une obstruction à la justice.

Donald Trump nie toute collusion et toute obstruction dans cette affaire. Les autorités russes ont toujours nié s'être ingérées dans la campagne de 2016, à l'issue de laquelle le candidat républicain Donald Trump a battu sa rivale démocrate Hillary Clinton.