États-Unis : discours fleuve contre la confirmation d'un juge à la Cour suprême

  • A
  • A
États-Unis : discours fleuve contre la confirmation d'un juge à la Cour suprême
Les traits tirés, Jeff Merkley s'exprimait mercredi matin plus lentement qu'au début de son intervention.@ AFP
Partagez sur :

Le sénateur démocrate américain de l'Oregon Jeff Merkley a tenu un discours de quinze heures pour protester contre la confirmation du juge conservateur Neil Gorsuch. 

Il a passé 15 heures debout dans l'hémicycle. Le sénateur démocrate américain de l'Oregon Jeff Merkley a tenu un discours fleuve de protestation contre la confirmation du juge conservateur Neil Gorsuch. Comme les règles du Sénat le lui permettent, l'élu de 60 ans a commencé à parler peu avant 19h locales mardi. Il a poursuivi son marathon oratoire toute la nuit, debout, évoquant les conséquences de la nomination de Neil Gorsuch sur la plus haute instance judiciaire des Etats-Unis. Personne ne peut lui couper la parole, mais il ne peut pas quitter son pupitre et il ne s'agit là que d'un baroud d'honneur.

Une intervention qui ne changera rien. Ce type d'intervention évoque une "filibuster", technique d'obstruction qui permet à un seul sénateur de bloquer les débats pour par exemple empêcher la programmation d'un vote. Mais en l'occurrence, Jeff Merkley ne bloque rien, car il a surtout parlé de nuit, et parce que le premier vote de procédure sur Neil Gorsuch a déjà été fixé à jeudi matin, un ordre du jour irrévocable.

Une technique utilisée à plusieurs reprises. En mai 2015, le sénateur républicain Rand Paul avait occupé le Sénat, également de nuit, pendant 10 heures et 30 minutes pour protester contre une réforme jugée trop timide des pouvoirs de surveillance de l'agence d'espionnage NSA. En septembre 2013, son collègue Ted Cruz avait quant à lui tenu le micro pendant plus de 21 heures, contre la loi sur la santé de Barack Obama. Le record de plus de 24 heures date de 1957, par le sénateur de Caroline du Sud Strom Thurmond, qui voulait bloquer une grande loi sur les droits civiques.

Le futur juge soupçonné de plagiat. La minorité démocrate est presque unanimement opposée à la nomination de Neil Gorsuch à la Cour, mais les républicains sont déterminés à le confirmer au neuvième siège, resté vacant depuis la mort d'Antonin Scalia en février 2016. Ce vote final aura lieu vendredi. Ultime rebondissement dans la bataille politique autour du juge, le site Politico a identifié mardi soir plusieurs passages factuels apparemment plagiés dans un livre écrit par Neil Gorsuch en 2006 sur l'euthanasie, ainsi que dans un article de recherche de 2000. La Maison-Blanche a dénoncé une "tentative de dernière minute pour salir" la réputation du magistrat.