En Floride, la joie en demi-teinte des Démocrates après les Midterms : "La vague bleue n'a pas été assez forte"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les Américains ont voté mardi pour renouveler une partie des sièges du Congrès. Donald Trump conserve sa majorité républicaine au Sénat, alors que les Démocrates, un brin déçus, ont récupéré la majorité à la Chambre des représentants. 

REPORTAGE

Les électeurs américains ont remis une partie du Congrès entre les mains des Démocrates. Mardi soir, au QG du camp bleu à Miami, en Floride - un Etat qui a voté pour Donald Trump en 2016 - les résultats ont été accueillis avec soulagement. Interrogés par l'envoyé spécial d'Europe 1, les militants ne cachent pas leur joie, même si certains s'inquiètent du score enregistré par le camp du président.

Une barrière à la politique de Donald Trump. Le basculement de la Chambre des représentants permet enfin aux Démocrates d'obtenir un véritable contre-pouvoir contre le locataire de la Maison Blanche. "Il faut un équilibre des pouvoirs, lorsqu'un parti décide seul, c'est hors de contrôle", estime ainsi Nancy, une militante démocrate. "J'espère que l'on pourra faire quelque chose sur la santé, le contrôle des armes ou l'éducation, parce qu'ils nous enlèvent beaucoup de chose", poursuit-elle.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Un discours qui continue de résonner au sein de la population. Malgré tout, beaucoup de Démocrates restent partagés, voire déçus de ne pas avoir conquis autant qu'ils l'espéraient. Donald Trump conserve ainsi d'une courte tête sa majorité au Sénat. C'est une vraie victoire pour le "Commander in chief" et les Républicains, qui gardent ainsi un poids déterminant dans les institutions du pays. "La vague bleue n'a pas été assez forte. Je trouve ça effrayant d'avoir un président dont les messages racistes et haineux résonnent encore au sein de la population", s'inquiète ainsi Raphael.

Pour ces militants, le prochain enjeu sera celui de la présidentielle de 2020. Dans cette Floride où tout se joue toujours sur le fil, il leur faudra trouver les mots pour contrer la rhétorique outrancière du président.