En Centrafrique, le pape appelle à résister à la "tentation de la peur de l'autre"

  • A
  • A
En Centrafrique, le pape appelle à résister à la "tentation de la peur de l'autre"
@ AFP
Partagez sur :

En visite à Bangui, le pape François appelle dimanche à résister à la "tentation de la peur de l'autre", d'une autre ethnie ou religion, dans un pays en proie à des violences intercommunautaires.

Le pape François, arrivé dimanche matin à Bangui pour apporter un message de paix, est monté dans sa célèbre "papamobile" sur la place de la Réconciliation où trône une immense colombe blanche, acclamé par une foule en liesse.

Une visite hautement symbolique. Des dizaines de milliers de personnes étaient massées tout le long de l'avenue des Martyrs, menant de l'aéroport à la place de la Réconciliation, lieu symbolique dans ce pays miné par des violences intercommunautaires depuis deux ans. L'air détendu et très souriant, le pontife est monté dans son véhicule vitré, ouvert sur les côtés, avant de saluer les Centrafricains venus de tout le pays pour l'accueillir. Le pape a tenu à effectuer cette visite à hauts risques en Centrafrique, la plus sensible de sa première tournée africaine qui l'a déjà mené au Kenya et en Ouganda.

Brouhaha et scènes de liesse. Agitant des drapeaux et criant "Bienvenue au pape!", la foule, jusque-là à peu près contenue par un impressionnant dispositif sécuritaire - très nombreux soldats de la force onusienne Minusca et gendarmes centrafricains déployés partout - a alors envahi l'avenue dans un immense brouhaha, au milieu des klaxons de mobylettes, pour suivre la papamobile. "Le pape est venu chez nous, la paix peut s'installer!", s'est écrié une femme vêtue d'un pagne blanc à l'effigie du souverain pontife.