Donald Trump et Hillary Clinton se font rire… l'espace d'un court instant

  • A
  • A
Donald Trump et Hillary Clinton se font rire… l'espace d'un court instant
Les deux candidats n'ont pas hésité à se moquer d'eux-mêmes pour faire rire l'assemblée.@ SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Les deux candidats à la Maison-Blanche avaient reçu comme consigne de prononcer un discours "dans la bonne humeur" lors de ce gala caritatif.

Un bref répit dans une campagne présidentielle incroyablement agressive : Donald Trump et Hillary Clinton se sont faire rire jeudi, le temps d'un dîner de gala caritatif, même si l'animosité entre les deux candidats à la Maison-Blanche restait palpable.

Blague sur la reprise du discours de Michelle Obama. Assis de part et d'autre du cardinal de New York Timothy Dolan, les deux candidats sont montés tour à tour à la tribune. "Pour moi, ce soir est comme un petit dîner intime entre amis. Pour Hillary, c'est une foule comme elle n'en a jamais vu", a lancé dans un sourire le magnat de l'immobilier new-yorkais, pour mieux insister sur sa capacité à galvaniser les foules. Rare moment où il a montré qu'il était capable de rire de lui-même (ou presque), Donald Trump a évoqué l'épisode d'un plagiat terriblement embarrassant pour sa campagne : lorsque se femme Melania a été accusée d'avoir copié un vieux discours de l'épouse du président américain Barack Obama. "Michelle Obama fait un discours, et tout le monde l'adore. Ma femme Melania fait exactement le même et tout le monde lui tombe dessus. Je ne comprends pas…", a-t-il lancé, sous des applaudissements nourris.

L'auto-dérision d'Hillary Clinton. Plus à l'aise dans l'exercice, même si certaines de ses blagues sont tombées à plat, Hillary Clinton a multiplié les allusions aux critiques dont elle fait l'objet. "Vous avez de la chance, d'habitude je demande beaucoup d'argent pour ce genre de discours", a-t-elle lancé d'entrée, en référence aux sommes astronomiques qu'elle a exigées pendant des années. L'ancienne première dame a aussi profité de l'occasion pour décocher quelques piques à son adversaire. Soulignant l'absence de téléprompteurs lors de cette soirée, elle a reconnu que l'exercice pouvait être difficile ,"surtout quand il faut lire le texte original en russe", dans une allusion à l'admiration de Donald Trump pour le président russe Vladimir Poutine.