Daech vend du pétrole à Assad, affirment les Etats-Unis

  • A
  • A
Daech vend du pétrole à Assad, affirment les Etats-Unis
Partagez sur :

Selon le Trésor américain, l'organisation Etat islamique gère des "sommes considérables" grâce à la vente de pétrole à Assad, à la Turquie et au Kurdistan.

Les djihadistes de l'organisation Etat islamique (EI) ont mis la main sur des sommes importantes, entre 500 millions et un milliard de dollars, dans les banques d'Irak et de Syrie et la vente de pétrole au marché noir leur a rapporté jusqu'ici plus de 500 millions de dollars, a déclaré jeudi un responsable du Trésor américain, Adam Szubin, lors d'une conférence à Londres.

Des ventes aussi en Turquie et au Kurdistan. Selon lui, une partie du pétrole vendu par l'EI, qui représenterait un revenu de 40 millions de dollars par mois, passe par la Turquie et de grandes quantités de ce pétrole sont vendues au gouvernement syrien de Bachar al-Assad. Daech (acronyme en arabe de l'EI) "vend une grande quantité de pétrole au régime d'Assad. Ils cherchent à se massacrer et pourtant ils sont engagés dans des transactions commerciales qui représentent des millions et des millions de dollars", a affirmé Szubin, sous-secrétaire chargé des questions de terrorisme et du renseignement financier au sein du Trésor américain.

Des "sommes considérables". "Nous parlons de quantités et de sommes qui sont considérables", a-t-il ajouté lors d'une intervention à Chatham House, siège de l'Institut royal des affaires internationales. Pour lui, la majorité du pétrole de l'EI va au régime d'Assad, une partie est consommé dans les zones contrôlées par les djihadistes et une autre partie va au Kurdistan irakien et en Turquie.

Des banques et des populations pillées. L'organisation Etat islamique "a récolté plus de 500 millions de dollars en vendant du pétrole au marché noir (...) L'Etat islamique "a pillé entre 500 millions et un milliard de dollars dans les coffres des banques dans les zones qu'il occupe en Irak et en Syrie", a-t-il ajouté. "Il a aussi extorqué de nombreux millions à la population, souvent par des moyens brutaux." Adam Szubin a ajouté que les Etats-Unis et l'Irak étaient en contact pour bloquer les opérations des établissements bancaires situés dans les zones contrôlées par les djihadistes.