Crise diplomatique au Moyen-Orient : le Qatar juge "sans fondement" la liste de "terroristes" publiée par l'Arabie saoudite

  • A
  • A
Crise diplomatique au Moyen-Orient : le Qatar juge "sans fondement" la liste de "terroristes" publiée par l'Arabie saoudite
Les Qatar dénonce des "accusations infondées" de la part de l'Arabie saoudite et de ses alliés@ KARIM JAAFAR / AL-WATAN DOHA / AFP
Partagez sur :

La liste publiée par l'Arabie saoudite contient au moins deux noms, déjà cités au plan international, comme étant des financeurs du terrorisme.

Le Qatar a rejeté vendredi les accusations "infondées" contenues dans la liste publiée dans la nuit par l'Arabie saoudite et ses alliés des "terroristes" soutenus, selon eux, par Doha.

"Des accusations infondées". "Le récent communiqué publié par l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte (...) confirme une nouvelle fois des accusations infondées", a réagi le gouvernement qatari dans un communiqué. 

Une crise diplomatique. La crise a éclaté lundi lorsque l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha en l'accusant d'entretenir des liens avec "des organisations terroristes et des groupes sectaires cherchant à déstabiliser la région, parmi eux les Frères musulmans, Daech (acronyme en arabe du groupe Etat islamique) et Al-Qaïda". Ces pays, qui reprochent aussi au Qatar son rapprochement avec Téhéran, grand rival régional de Ryad, ont imposé de sévères restrictions aériennes et fermé leurs frontières terrestres et maritimes avec le petit émirat gazier.

La lutte contre le terrorisme plus forte que la crise diplomatique. Selon Ryad et ses alliés, la liste répertorie 59 personnes et 12 entités "liés au Qatar et au service d'un programme politique suspect du Qatar". "Notre position dans la lutte contre le terrorisme est plus forte que celle de beaucoup de signataires de ce communiqué conjoint", a affirmé le Qatar. Un peu plus tôt, Doha avait affirmé refuser toute intervention dans sa politique étrangère et exclu que la tourmente actuelle dégénère en conflit armé.