Crash d'un A400 M : l'appareil cloué au sol dans quatre pays

  • A
  • A
Crash d'un A400 M : l'appareil cloué au sol dans quatre pays
Un A400 M s'est crashé le 9 mai 2015 près de Séville, en Espagne@ AFP/JOHANNES EISELE
Partagez sur :

Après l'accident qui a fait quatre morts à Séville, le modèle d'Airbus est cloué au sol par certains de ses clients.

Un accident d'avion a tué quatre personnes dans le sud de l'Espagne samedi. Les victimes sont toutes des employés d'Airbus Defense and Space à bord d'un A400 M qui faisait un vol d'essai. Mais après avoir heurté une ligne à haute-tension, l'appareil s'est écrasé dans un champ près de Séville. Un mécanicien de vol et un ingénieur ont survécu, mais sont grièvement blessés.

Des A400 M cloués au sol. Airbus va en effet équiper huit armées avec son A400 M, un avion-cargo militaire tout neuf : l'Allemagne, la France, l'Espagne, le Royaume-Uni, la Turquie, la Belgique, la Malaisie et le Luxembourg. Mais le drame du week-end dernier a engendré un mouvement d'inquiétude dans les armées du monde entier. Moins de 24 heures après le crash, l'Allemagne a la première décidé de clouer au sol son unique modèle. La Grande-Bretagne et la Turquie lui ont emboîté le pas, immobilisant leurs A400 M en attendant les conclusions de l'enquête sur le crash en Espagne. La Malaisie, unique client d'Airbus hors d'Europe, a suivi le mouvement lundi matin.

Paris et Airbus veulent rassurer. La France, co-actionnaire d'Airbus avec l'Allemagne, appelle par la voix de son ministre de la Défense, à "ne pas tirer de conclusions hâtives. Jean-Yves Le Drian a précisé "ne pas avoir d'éléments à ce stade" poussant à prendre des mesures suspensives à l'encontre de l'appareil. Mais seuls les vols "prioritaires en opération" des A400 M français sont autorisés pour l'instant, a ajouté le ministre.

Des retards et des surcoûts. Si le programme de développement de l'avion n’est pas remis en cause, les prochaines livraisons prévues devraient accuser de nouveaux délais, le temps de comprendre ce qui s’est passé, et de corriger les éventuels défauts détectés. Depuis sa mise en route, l'A400 M accumule retards et surcoûts. Malgré le crash, Airbus a annoncé lundi qu'il maintenait son programme de tests en vol de l'A400M, alors que l'action du groupe Airbus perdait plus de 4% lundi matin à la Bourse de Paris.

Les deux boîtes noires de l'appareil ont été retrouvées et, avec les témoignages des survivants, les enquêteurs devraient pouvoir obtenir des réponses sur les raisons d'un accident qui embarrasse beaucoup l'entreprise.