Corée du Nord : "Nous ne permettrons plus" que la Chine n'agisse pas, dit Trump

  • A
  • A
Corée du Nord : "Nous ne permettrons plus" que la Chine n'agisse pas, dit Trump
Donald Trump a dénoncé l'attitude des autorités chinoises sur Twitter (photo d'illustration). @ OLIVIER DOULIERY / AFP
Partagez sur :

"Je suis très déçu par la Chine", a écrit le président américain sur Twitter après un nouveau tir par Pyongyang d'un missile balistique intercontinental. 

Le président américain Donald Trump a accusé samedi la Chine d'inaction face à la Corée du Nord, après un nouveau tir par Pyongyang d'un missile balistique intercontinental, estimant que Pékin pourrait "facilement résoudre ce problème".

"Ils ne font RIEN". "Je suis très déçu par la Chine (...) Ils ne font RIEN pour nous avec la Corée du Nord, hormis parler", a-t-il écrit sur Twitter. "Nous ne permettrons plus que cela continue. La Chine pourrait facilement résoudre ce problème!", a ajouté le président américain. En réaction à ce second tir de missile balistique intercontinental en un mois, les Etats-Unis et la Corée du Sud ont mené un exercice militaire en utilisant des missiles tactiques (ATACMS) sol-sol américain et des missiles balistiques sud-coréens Hyunmoo II, les chefs militaires américains et sud-coréen ayant discuté d'"options de réaction militaire".



La Corée du Sud a en outre annoncé samedi qu'elle comptait accélérer sur son territoire le déploiement, gelé en juin, du bouclier antimissiles américain Thaad (Terminal High Altitude Area Defense), s'attirant une sévère mise en garde de Pékin qui y est farouchement opposé. Ce déploiement "ne fera que compliquer ces problèmes", selon un communiqué du ministère chinois des Affaires étrangères.

"Une action imprudente et dangereuse". Donald Trump avait déjà affirmé dans un communiqué que "les Etats-Unis prendront les mesures nécessaires pour assurer la sécurité du territoire national américain et pour protéger nos alliés de la région". "En menaçant le monde, ces armes et ces essais isolent davantage la Corée du Nord, affaiblissent son économie et appauvrissent sa population", avait poursuivi Donald Trump, estimant que les essais nord-coréens constituaient une action "imprudente et dangereuse".

Soutiens économiques de Pékin. La Chine, principale alliée de Pyongyang, a condamné samedi le tir en soulignant qu'elle "s'oppose aux violations par la Corée du Nord des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU". Pékin "espère que toutes les parties concernées feront preuve de prudence et éviteront d'intensifier les tensions". Mais le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a estimé pour sa part qu'"en tant que soutiens économiques du programme nucléaire balistique" de Pyongyang, Pékin, et également Moscou, portaient une "responsabilité spéciale" dans l'aggravation de cette menace.