Charlottesville : Donald Trump retweete Jack Posobiec, conspirationniste d'extrême droite

  • A
  • A
Charlottesville : Donald Trump retweete Jack Posobiec, conspirationniste d'extrême droite
Un retweet de Donald Trump mardi matin a été perçu comme un clin d’œil à l'extrême droite.@ NICHOLAS KAMM / AFP
Partagez sur :

Peu après avoir condamné les "violences racistes" de Charlottesville, Donald Trump a retweeté un conspirationniste d'extrême droite critiquant la soit-disant différence de traitement médiatique pour les crimes commis par des noirs.

Ce retweet de Donald Trump n'est pas passé inaperçu. Mardi matin, quelques heures après avoir condamné les "violences racistes" de Charlottesville, le président américain a retweeté Jack Posobiec, l'un de ses plus fidèles soutiens, auteur du livre Citizens for Trump ("Citoyens pour Trump"), connu pour être un conspirationniste d'extrême droite. Le tweet de Jack Posobiec reprenait un article de la chaîne américaine ABC faisant état de 9 morts et 30 blessés lors de fusillades au cours du week-end à Chicago, avec en commentaire : "Pendant ce temps, 39 fusillades à Chicago ce week-end, 9 morts et aucune indignation des médias nationaux. Pourquoi ça ?"



Un geste vers la droite. Comme certains internautes l'ont souligné, les fusillades à Chicago ne sont pas des faits divers choisis au hasard par Jack Posobiec. Dans cette ville au taux de criminalité élevé, elles sont le plus souvent l'oeuvre d'hommes noirs. Par ce tweet, qui met sur le même plan un crime politique comme celui commis samedi à Charlottesville et des crimes rellevant du fait divers, Jack Posobiec dénonce ce qu'il interprète comme une différence de traitement médiatique entre meurtriers blancs et noirs.

Mashable rapporte que ce retweet du président américain a été perçu outre-Atlantique comme un geste en direction de la droite alternative ("alt right") après ses déclarations sur les événements de Charlottesville lundi soir. Mais Donald Trump n'a pas fait que retweeter ce message lourd de sous-entendus. Il a également retweeté le message d'un homme qui le traitait de "fasciste", avant de le supprimer une vingtaine de minutes plus tard. Cet homme répondait à un tweet de Fox News relatant que le locataire de la Maison-Blanche envisageait de gracier Joe Arpaio, un ancien shérif de l'Arizona très controversé en raison de son zèle envers les clandestins. Toujours mardi matin, Trump a retweeté, puis supprimé, un dessin montrant un homme portant le logo de la chaîne d'information CNN écrasé par un train, avec ce message "Fake news can't stop the Trump train ("Les fausses nouvelles ne peuvent arrêter le train Trump").