Charleston : le drapeau confédéré au cœur des débats

  • A
  • A
Charleston : le drapeau confédéré au cœur des débats
@ JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

SYMBOLE - Le drapeau des troupes confédérées durant la guerre de Sécession a été repris par Dylan Roof, l'auteur présumé de la tuerie de Charleston. Ce qui pousse la gouverneure de Caroline du Sud à vouloir le faire retirer des bâtiments publics.

Manifs, pétition et appel de Barack Obama. Depuis la tuerie de Charleston, il est un des attributs macabres associés à Dylann Roof, le principal suspect. Le drapeau confédéré, rouge et blanc frappé d'une croix bleue, fait polémique aux Etats-Unis et interroge le pays sur son histoire. Des milliers de manifestants, un appel de Barack Obama à "envoyer au musée" ce drapeau et enfin une pétition réunissant 400.000 signatures qui appelle à retirer ce "symbole de haine", les réactions étaient nombreuses ces derniers jours. A tel point que la gouverneure de Caroline du Sud, Nikki Haley, a appelé lundi à retirer le drapeau confédéré qui flotte sur une esplanade devant le Parlement de l'Etat et reste un symbole controversé du Sud des Etats-Unis et de l'esclavage. "Nous sommes ici, dans un moment d'unité, pour dire sans penser à mal qu'il est temps de retirer le drapeau de l'enceinte du Parlement", a indiqué la gouverneure.

"Ne pas avoir mis le drapeau en berne est une honte." "Pour de nombreuses personnes, ce drapeau signifie des traditions qui sont nobles, des traditions d'histoire, de patrimoine et d'ancienneté mais pour beaucoup d'autres en Caroline du Sud, il est le symbole d'un passé brutalement tyrannique", a ajouté la représentante de l'Etat. Un point de vue partagé par Nicole Bacharan, politologue et historienne, interviewée par Libération : "Alors qu'à Charleston l'esclavage était particulièrement dur, ne pas avoir mis le drapeau en berne dans la capitale de Caroline du Sud après le carnage est une honte."

Symbole controversé. Symbole de valeur et d'honneur pour les uns, d'esclavagisme et de violence raciale pour les autres, le drapeau confédéré est le symbole depuis 150 ans d'une histoire controversée. Cet étendard est à l'origine purement militaire, utilisé par l'armée des Etats du Sud lors de la guerre de Sécession qui avait divisé les Etats-Unis entre 1861 et 1865.

Nostalgie du passé ou racisme assumé ? La Croix de Saint-André, qui structure l'ornementation du drapeau, est un symbole chrétien et les 13 étoiles représentent les Etats de la coalition. Devenu le symbole du Sud en guerre et de l'armée sudiste du général Robert Lee, le drapeau a ensuite représenté la "cause perdue" après la défaite, mouvement idéalisant l'héroïsme du Sud et de sa population blanche tout en mettait en sourdine son passé esclavagiste.

Le tournant raciste des années 30. Sa symbolique raciste n'est vraiment apparue qu'à la fin des années 1930 quand il a été de plus en plus adopté par l'organisation terroriste raciste du Ku Klux Klan et des partis ségrégationnistes. Il reste aussi le symbole de l'histoire du Sud et de la fierté régionale affiché sur des bâtiments publics ou lors d'événements sportifs. Les organisations de défense des droits des Noirs comme la NAACP demandent depuis des années la suppression de ce drapeau du parlement de Caroline du Sud qui, pour elles, signifie au contraire l'oppression et la violence raciale.

Un débat qui agite de nombreux Etats américains. Ce drapeau est légalement protégé par des lois qui en punissent la profanation en Floride, Mississippi, Georgie, Caroline du Sud et Louisiane. Le Mississippi est le seul Etat américain dont le drapeau contient le drapeau confédéré. Sa présence fait débat un peu partout aux Etats-Unis puisque le 18 juin, la Cour Suprême a débouté une organisation d'anciens combattants qui voulait pouvoir faire fabriquer une plaque minéralogique à son effigie, considérant qu'on ne pouvait forcer le Texas à afficher sur ses plaques un message avec lequel cet Etat n'était pas d'accord. 

Nikki Haley prend les choses en main. Avec la tuerie de Charleston, le débat s'est donc logiquement propagé à la Caroline du Sud. "Il n'y a pas de perdant ou de gagnant, mais ce qui s'est passé la semaine dernière nous invite à regarder le drapeau différemment", a ajouté Nikki Haley en précisant que si les élus, comme ils en sont responsables, "ne prenaient pas de mesures", elle userait de son autorité pour faire retirer le drapeau. En 2000, ce drapeau avait été retiré du Capitole de l'Etat après un vote des députés, pour être replacé quelques mètres plus loin. Quinze ans après, la polémique est toujours loin d'être résolue.