Attentats de Bruxelles : le deuxième kamikaze de l'aéroport identifié

  • A
  • A
Attentats de Bruxelles : le deuxième kamikaze de l'aéroport identifié
Najim Laachraoui a été identifié comme le deuxième kamikaze de l'aéroport, mercredi soir @ AFP
564 partages

Les enquêteurs ont établi qu'au moins quatre hommes étaient directement impliqués, dont trois sont morts et l'un est en fuite. Trois ont été identifiés.

L'ESSENTIEL

La police belge s'est engagée dans une chasse à l'homme mercredi pour retrouver l'un des auteurs présumés des attentats coordonnés qui ont frappé mardi l'aéroport et le métro de Bruxelles. Les attaques revendiquées par l'organisation Etat islamique (EI) ont fait une trentaine de morts et plus de 200 blessés.

Les infos à retenir :

  • Trois kamikazes ont été identifiés : il s'agit des frères El Bakraoui et de Naajim Laachraoui

  • Le testament audio d'Ibrahim El Bakraoui a été retrouvé par les enquêteurs

  • La police belge cherche toujours activement l'un des auteurs présumés de l'attentat à l'aéroport

  • Manuel Valls a annoncé que dix Français ont été blessés dans l'attaque, dont quatre grièvement

  • L’ENQUÊTE

Les enquêteurs ont déjà établi qu'au moins quatre hommes étaient directement impliqués, dont trois sont morts et l'un est en fuite. Les trois kamikazes ont été identifiés, il s'agit des frères Khalid et Ibrahim El Bakraoui, connus des services de police pour grand banditisme mais non pour des faits de terrorisme, et de Najim Laachraoui, artificier présumé des attentats de Paris en novembre 2015. 

Trois hommes à l'aéroport

Ibrahim El Bakraoui, un Belge né le 9 octobre 1986, est mort à l'aéroport de Zaventem dans le déclenchement d'une bombe placée dans une valise qu'il transportait. Il a été identifié grâce à ses empreintes. C'est l'homme au centre de la photo prise à partir des images des caméras de surveillance de l'aéroport.

Attentat-a-l-aeroport-de-Bruxelles-les-premieres-images-des-suspects_reference

© Interpol/AFP


Selon le président turc Recep Tayyip Erdogan, Ibrahim El Bakraoui été arrêté en juin 2015 dans le sud de la Turquie et expulsé vers la Belgique. "Il a été expulsé le 14 juillet 2015 après information de l'ambassade belge", a déclaré le président turc, ajoutant que les autorités belges n'avaient pas confirmé ses liens avec les djihadistes malgré des "mises en garde" et avaient remis Ibrahim El Bakraoui en liberté. Le ministre belge de la Justice, Koen Geens, a démenti mercredi soir cette version.

L'homme à gauche de la photo a été identifié mercredi soir comme étant Najim Laachraoui, dont les empreintes digitales avaient été trouvées sur presque tous les gilets explosifs du commando des attentats de Paris. Il est mort lui aussi en kamikaze. Son arrestation avait été annoncée à tort par plusieurs médias, mercredi matin.

Un troisième homme, également présent à l'aéroport, à quant à lui pris la fuite, laissant derrière lui une valise chargée d'explosifs. Il n'a pas été identifié,  mais il est activement recherché. "Son sac contenait la charge explosive la plus importante", selon le procureur, qui a parlé d'un homme "vêtu d'une veste claire et d'un chapeau", à droite sur la photo.

Infogattentats

© LAURENCE SAUBADU, ALAIN BOMMENEL / AFP


Un kamikaze dans le métro

Le frère d'Ibrahim El Bakraoui, Khalid, né le 12 janvier 1989, est quant à lui le kamikaze qui a fait exploser une bombe à la station de métro Maelbeek. L'engin a été déclenché dans la rame qui était encore à quai, a précisé le procureur. "Les deux terroristes décédés avaient de lourds antécédents judiciaires non liés au terrorisme", a rappelé le procureur.

Un testament et 15 kilos d'explosifs retrouvés

Le procureur a précisé qu'un ordinateur avait été retrouvé par les enquêteurs dans une poubelle en marge d'une perquisition dans un logement à Schaerbeek, d'où étaient partis les terroristes en taxi mardi matin. Dans cet ordinateur, la police a retrouvé le testament audio d'Ibrahim El Bakraoui dans lequel il confiait "ne plus savoir quoi faire" et "être dans la précipitation". 

Toujours dans ce logement, la police a découvert "15 kilos d'explosif de type TATP, 150 litres d'acétone, 30 litres d'eau oxygénée, des détonateurs, une valise remplie de clous et de vis ainsi que du matériel destiné à confectionner des engins explosifs". 

  • LES VICTIMES ET LES HOMMAGES

10 Français blessés. Dix Français ont été blessés mardi dans les attentats, dont quatre grièvement, a déclaré mercredi Manuel Valls. Le Premier ministre se trouvait dans la capitale belge pour une réunion prévue de longue date avec la Commission européenne. Le programme de la visite a été logiquement modifié.

On connaît pour le moment l'identité de trois victimes belges : Léopold Hecht, un étudiant en droit ; Adelma Marina Tapia Ruiz, une belgo-péruvienne de 36 ans et Olivier Delespesse, employé de la fédération Wallonie-Bruxelles. 

Une minute de silence. Manuel Valls, qui s'est entretenu avec son homologue belge Charles Michel de questions de sécurité, a observé aux côtés des autorités belges une minute de silence en mémoire des victimes. Cette minute de silence a été observée dans toute la Belgique à midi. Par la suite, lors d'une conférence de presse commune avec Charles Michel, Manuel Valls a exprimé "une pensée (...) pour les Français qui sont blessés, 10 dont quatre gravement". Un précédent bilan faisait état de huit Français blessés, dont trois graves.

Deuil national de trois jours. La Belgique observe depuis mercredi un deuil national de trois jours. L'alerte antiterroriste a été relevée dans toute la Belgique au niveau 4, son niveau maximal, et l'aéroport de Bruxelles restera fermé au moins jusqu'à vendredi soir. La sécurité autour des institutions européennes à Bruxelles et Strasbourg, ainsi qu'autour des centrales nucléaires belges, a été renforcée. 

L'Europe et le monde solidaire. Les dirigeants des 28 pays de l'UE ont dénoncé une attaque contre "notre société ouverte et démocratique". "C'est toute l'Europe qui est frappée", a déclaré le président français François Hollande, tandis que le président américain Barack Obama appelait le monde à "s'unir" face au terrorisme. La Tour Eiffel, le World Trade Center et la porte de Brandebourg se sont mises aux couleurs belges dès mardi soir. Et l'image de Tintin en pleurs est devenu le symbole de la peine des Belges sur les réseaux sociaux. 

Une réunion extraordinaire. Une réunion extraordinaire des ministres de l'Intérieur et de la Justice des pays de l'UE est convoquée jeudi à Bruxelles, pour apporter une réponse européenne après les attentats qui ont frappé Bruxelles.