Attentats à Bruxelles : un eurodéputé dénonce un "relâchement clair" des contrôles

  • A
  • A
Partagez sur :

Robert Rochefort, élu du Sud-Ouest, a franchi quatre fois la frontière le week-end dernier et lundi soir. Il dénonce sur Europe 1 l’absence total de contrôle côté belge. 

Après les attentats qui ont frappé Bruxelles mardi, Robert Rochefort, un député européen français, dénonce l’absence de contrôle à la frontière et dans la gare de la capitale belge. "Ce relâchement est clair", a estimé l’élu sur Europe 1. "J’ai fait six franchissements de frontière depuis l’arrestation d’Abdeslam (vendredi, ndlr) entre la France est la Belgique, quatre fois en voiture, une fois par le Thalys lundi soir. Et sur la route comme sur le Thalys, je n’ai eu strictement aucun contrôle du côté belge. Aucun, aucun, aucun", a martelé Robert Rochefort.

"Dans le discours officiel..." Le député est d’autant plus choqué "qu’après les attentats de Paris, il y avait des contrôles en particulier à la gare du Midi à Bruxelles". Selon lui, les discours des autorités n’ont pas été suivis d’actes. "Après l’arrestation d’Abdeslam, tout le monde s’attendait à ce qu’il puisse y avoir des conséquences ? Et dans le discours officiel, il était annoncé des renforcements des contrôles. Et bien ce renforcement, des contrôles n’était pas encore opérationnel. Y compris hier (lundi) soir."

"Strictement aucun contrôle". Et c’est surtout du côté belge que le relâchement a été coupable, selon Robert Rochefort. "Je suis rentré par le Thalys. Il y avait à Paris, des contrôles aléatoire comme il y a souvent à la gare du Nord. Il y avait des policiers et une certaine observation. A la Garde du Midi à Bruxelles, j’ai pris le Thalys comme je prends le métro. Il n’y avait strictement aucun contrôle. Et je ne trouve ça pas très normal quand même", s’indigne l’élu.