Attentat/Pakistan : excuses de Facebook après un bug de son "Safety Check"

  • A
  • A
Attentat/Pakistan : excuses de Facebook après un bug de son "Safety Check"
@ Capture d'écran
Partagez sur :

Après un attentat à Lahore au Pakistan, la notification a été envoyée à des utilisateurs de Facebook résidant dans d'autres pays.

Le réseau social Facebook a présenté ses excuses dimanche après un dysfonctionnement de son application "Safety Check" (contrôle de sécurité) qui a envoyé une notification à des utilisateurs dans le monde entier après un attentat meurtrier au Pakistan.

En Egypte en à Hawaï. De la Belgique à Hawaï, en passant par l'Egypte, la France ou Hong Kong, des utilisateurs de Facebook ont reçu une notification de cette application permettant de signaler à ses amis qu'on est en sécurité après une catastrophe naturelle ou un attentat survenus à proximité. "Nous avons activé le 'Safety Check' aujourd'hui à Lahore, au Pakistan, après un attentat à la bombe qui y est survenu. Malheureusement, de nombreuses personnes qui n'étaient pas affectées par cet événement ont reçu une notification leur demandant si elles allaient bien", a indiqué le groupe dans un communiqué.

En France, voilà la notification reçue dimanche par certains utilisateurs du réseau Facebook :

safety1

"Excuses". "Ce type de bug est contraire à notre intention. Nous avons rapidement pris des mesures pour résoudre ce problème et nous présentons nos excuses à tous ceux qui ont reçu cette notification par erreur", a ajouté le groupe américain sur la page Facebook dédiée à son application.

Déclenché en cas d'attentat. Au moins 65 personnes, dont de nombreux enfants, ont été tuées et 340 autres blessées dimanche dans un attentat-suicide à Lahore, grande ville de l'est du Pakistan. Facebook avait déjà activé son bouton "je suis en sécurité" pour les utilisateurs présents à Bruxelles lors des attaques perpétrées contre un aéroport et une station de métro mardi, comme il l'avait fait lors des attentats de Paris en novembre, ou de celui d'Ankara à la mi-mars.