Attentat de Berlin : la police recherche un Tunisien

  • A
  • A
Attentat de Berlin : la police recherche un Tunisien
@ CHRISTOF STACHE / AFP
Partagez sur :

Ses papiers d'identité auraient été découverts dans le camion à l'origine de l'attentat, selon deux quotidiens allemands. 

Deux jours après l'attentat de Berlin, revendiqué mardi par l'organisation État islamique, la police allemande serait à la recherche d'un Tunisien. Ils suivraient la piste de papiers d'identité découverts dans le camion qui a foncé dans la foule lors du marché de Noël lundi soir.

Connu sous trois identités. Selon des informations du quotidien Bild et de la Allgemeine Zeitung de Mayence, l'homme serait en effet âgé de 21 ou 23 ans et connu sous trois identités différentes. Le papier d'identité retrouvé dans le camion est un document remis à un migrant dont la demande d'asile a été rejetée sans pour autant qu'il puisse être expulsé. Selon le site du magazine Spiegel, l'individu est originaire de Tataouine, dans le sud de la Tunisie. Ce pays est l'un des plus gros fournisseurs de combattants étrangers aux mouvements djihadistes, quelque 5.500 Tunisiens sont partis ainsi combattre en Syrie, en Irak ou en Libye. C'était aussi un ressortissant tunisien qui avait précipité un camion dans la foule à Nice le 14 juillet dernier, faisant 86 morts.

Déjà connu des enquêteurs. Les enquêteurs ont retrouvé ce document d'identité sous le siège du conducteur dans la cabine du poids-lourd qui a délibérément foncé sur des chalets en bois d'un marché de Noël, tuant 12 personnes. Cet homme est connu des services de police pour des coups et blessures mais il a disparu avant d'être jugé, il est en outre considéré comme dangereux car lié à "un grand réseau islamiste", selon Bild.

Deux suspects libérés. Un nouveau suspect a été arrêté aux premières heures de mercredi, mais il a ensuite été remis en liberté, rapporte RBB, le groupe de radio-télévision Rundfunk Berlin-Brandenburg. Le Pakistanais demandeur d'asile qui avait été interpellé dans le cadre de l'enquête peu après l'attaque a été remis en liberté mardi