Affaire russe : le Sénat auditionnera le fils de Donald Trump la semaine prochaine

  • A
  • A
Affaire russe : le Sénat auditionnera le fils de Donald Trump la semaine prochaine
Donald Trump Jr. et Paul Manafort seront entendus par la commission de la Justice du Sénat mercredi prochain à 10 heures (14 heures GMT).@ Eduardo Munoz Alvarez / AFP
Partagez sur :

Donald Trump Jr. et Paul Manafort ont participé à une rencontre controversée avec une avocate russe, en juin 2016, pour tenter d'obtenir des informations potentiellement compromettantes sur Hillary Clinton.

Le fils aîné de Donald Trump ainsi que son ancien directeur de campagne, Paul Manafort, seront auditionnés la semaine prochaine par une commission du Sénat américain, dans le cadre de l'enquête sur l'affaire russe.

Rencontre controversée en 2016. Donald Trump Jr. et Paul Manafort seront entendus par la commission de la Justice du Sénat mercredi prochain à 10 heures (14 heures GMT). Les deux hommes ont participé à une rencontre controversée avec une avocate russe, en juin 2016, pour tenter d'obtenir des informations potentiellement compromettantes sur Hillary Clinton, la rivale démocrate de Donald Trump. Les sénateurs en charge de cette commission se sont dit prêts, dans un communiqué, à délivrer des assignations à comparaître si Donald Trump Jr. et Paul Manafort refusaient de se rendre à cette audition.

Le camp Trump ébranlé. Egalement présent lors de cette rencontre, Jared Kushner, gendre et proche conseiller du président américain, sera auditionné séparément, lundi, par la commission du Renseignement du Sénat à huis clos, a rapporté la chaîne CNN. La révélation de cette réunion a ébranlé le camp Trump qui martèle depuis des mois qu'il n'y a eu aucune tentative de coordination avec des Russes durant la campagne présidentielle américaine. La Maison Blanche et le Kremlin ont par ailleurs minimisé mercredi l'importance d'une rencontre entre Donald Trump et Vladimir Poutine, en marge du sommet du G20 à Hambourg, qui n'avait pas été annoncée à la presse.

Une rencontre qui dérange. "Une fois de plus, la fièvre russe a saisi les médias et tout le monde s'est précipité pour essayer de créer une histoire qui n'existe tout simplement pas", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders. Une message également martelé par son homologue du Kremlin, Dmitri Peskov. "L'utilisation des termes 'secrète' ou 'confidentielle' pour cette rencontre suscite une surprise absolue et de l'incompréhension", a-t-il dit, affirmant que cette rencontre bilatérale avait été "acceptée officiellement" par le biais des canaux diplomatiques.

"Il n'y a eu aucune rencontre secrète et confidentielle. Affirmer cela est absolument absurde", a-t-il ajouté à l'agence de presse russe TASS.