Traquer les maîtres grâce aux crottes de chiens, c'est possible

  • A
  • A
Traquer les maîtres grâce aux crottes de chiens, c'est possible
@ AFP
Partagez sur :

Une ville près de Londres a décidé de créer une base de données ADN des chiens pour pister les propriétaires qui oublient de ramasser les déjections canines. 

Gare à vous si vous vous promenez dans le grand Londres avec votre chien. La ville de Barking, proche de la capitale britannique, a pris une initiative surprenante pour traquer les propriétaires qui oublieraient de ramasser les déjections canines. La méthode ? Obliger les possesseurs de chiens à enregistrer l'ADN de leur animal préféré afin de pister les maîtres indélicats. Le conseil municipal de Barking and Dagenham veut ainsi interdire à compter de cet été l'accès de ses 27 jardins publics aux quadrupèdes qui n'auront pas été répertoriés dans le fichier, précise mardi le quotidien The Guardian.

Une amende pour les maîtres retrouvés grâce à l'ADN. Cette ville au nom prédestiné (Barking signifie aboyer en anglais) a également décidé d'infliger une amende de 80 livres (111 euros) aux propriétaires hors-la-loi retrouvés grâce à la génétique. Le conseil municipal, qui est le premier à lancer cette initiative en Grande-Bretagne, projette également d'inclure dans le bail des locataires de résidences municipales l'obligation d'enregistrer l'ADN de leur chien.

"Un petit nombre d’égoïstes." "Dans leur écrasante majorité, les propriétaires de chiens à Barking et Dagenham se montrent socialement responsables mais malheureusement, un petit nombre d'égoïstes jugent qu'ils peuvent se dispenser de nettoyer après le passage de leur chien", a commenté un responsable municipal, Darren Rodwell. L'édile a qualifié de "passeport canin pour le XXIe siècle" cette innovation venue des États-Unis.

18.000 chiens à répertorier. Cette mesure fait en tout les cas le bonheur de la société Streekleen. L'entreprise a en effet obtenu la licence exclusive pour cette technologie de tests génétiques par l'ADN. "Quand une ville avec le nom de Barking vous veut, vous ne pouvez pas demander de meilleur endroit", a commenté avec humour Gary Downie, le directeur de Streekleen, interrogé par le quotidien britannique. Dans les prochains mois, ce sont près de 18.000 chiens qui devront enregistrer leur ADN dans la base de données.