Var : un bûcheron avoue le meurtre de son père recherché depuis la Saint-Sylvestre

  • A
  • A
Var : un bûcheron avoue le meurtre de son père recherché depuis la Saint-Sylvestre
Le bûcheron a avoué avoir tué son père.@ PRAKASH MATHEMA / AFP
Partagez sur :

Les enquêteurs ont fait le rapprochement entre le signalement sur les lieux du crime d'une Renault modèle R21 et le fait que l'un des fils de la victime utilisait ce type de véhicule. 

Un bûcheron, Frédéric Pardies, a avoué samedi lors de sa garde à vue avoir tué le soir de la Saint-Sylvestre son père, un ancien policier âgé de 77 ans domicilié à La Garde, dans le Var, a annoncé lundi le procureur de la République de Toulon, Bernard Marchal. L'homme, âgé de 47 ans, a été mis en examen pour assassinat et écroué. À l'appel de la famille, une centaine de personnes avaient organisé samedi une battue dans cette commune proche de Toulon pour retrouver la trace du retraité disparu. Les enquêteurs de la sûreté urbaine de Toulon ont fait le rapprochement entre le signalement sur les lieux du crime d'une Renault modèle R21 et le fait que l'un des deux fils de la victime utilisait ce type de véhicule. 

Son père n'a pas accepté de renouer le lien. En examinant la voiture, qui avait été lavée à l'eau de javel, la police a retrouvé des traces de sang et l'ADN de la victime. Gérard Pardies avait disparu le 31 décembre après avoir réveillonné chez sa sœur, à deux kilomètres de son domicile. Une flaque de deux à trois litres de sang avait été retrouvée devant le garage du retraité, ainsi que les clés de son domicile. Si le fils a reconnu les faits, il a refusé d'indiquer le lieu où il a dissimulé le corps de son père. Il livre comme mobile le fait que le 24 décembre, alors qu'il tentait, après de longues années sans nouvelles, de renouer des relations avec son père, ce dernier l'avait sèchement congédié sans lui ouvrir la porte.

Un acte prémédité. Selon sa version, il serait revenu le 31 décembre demander des explications à son père avant, devant un nouveau rejet, de lui porter plusieurs coups de poing à la tête et de le charger, inconscient, dans la voiture. Selon le parquet, cette version semble peu cohérente avec la quantité de sang trouvée sur les lieux, laquelle fait plutôt penser à un acte prémédité. La victime est un ancien policier, condamné à douze ans de prison à la fin des années 70 pour le braquage d'une banque. Au début des années 2000, au décès de son épouse, il avait abandonné sa famille, avant de revenir s'installer dans le Var l'an dernier.