Thalys : Facebook dit avoir fermé la page d'El Khazzani mais…

  • A
  • A
Thalys : Facebook dit avoir fermé la page d'El Khazzani mais…
@ AFP
Partagez sur :

Le réseau social affirme avoir fermé cette page sans préciser quand. Pour les enquêteurs le compte a été désactivé par un tiers samedi, quelques heures après l'attentat avorté.

Le réseau social Facebook a décidé de fermer le profil Facebook du jeune Marocain qui a ouvert le feu dans un train Thalys vendredi dernier, Ayoub El Khazzani, du fait du non-respect des conditions générales d'utilisation (CGU) du site. "C'est bien Facebook qui a fermé le compte d'Ayoub El Khazzani car ce dernier allait à l'encontre des CGU du site", a indiqué une porte-parole du réseau social, sans confirmer la date de fermeture.

La thèse de l'intervention d'un tiers tient toujours. Cette annonce émanant du réseau social ne remet cependant pas en cause la thèse des enquêteurs quant à l'intervention d'un tiers, un possible complice, qui aurait désactivé la page du terroriste présumé samedi après-midi. Un compte désactivé devient en effet "invisible" pour les autres utilisateurs mais n'est pas "effacé" du réseau social.

Ainsi, Facebook peut fermer une page qui a d'ores et déjà été désactivée. Un compte désactivé peut être réactivé à tout moment, contrairement à un compte fermé qui est tout simplement supprimé. Le procureur de Paris, François Molins, avait indiqué qu'un "compte Facebook ouvert sous le nom de profil d'Ayoub El Khazzani" avait "été fermé le 22 août 2015". Il s'était refusé à toute précision sur l'origine de la fermeture, disant que "les investigations (étaient) en cours sur ce point".

Pourquoi Facebook a-t-il fermé la page ? Tout en précisant qu'il n'était pas possible de savoir quelle procédure avait mené à la fermeture du profil, le réseau social a rappelé que ce type d'action peut être réalisé quand les équipes chargées du contrôle du site constatent un non-respect des CGU. Autre possibilité pouvant amener une fermeture, quand d'autres utilisateurs signalent un profil ou sur demande des autorités compétentes, selon une procédure spécifique et après vérification par Facebook.

"Il existe une procédure très claire, même pour les autorités, qui s'applique et qui passe par un examen du contenu, bien entendu dans le respect de la législation des pays où Facebook opère", a expliqué la porte-parole du réseau social. L'entreprise a également ajouté qu'elle disposait d'équipes spécialisées et formées spécifiquement pour traiter de cas relevant de divers sujets sensibles, parmi lesquels les questions de terrorisme.

Mis en examen et écroué. Vendredi soir, le Marocain de 25 ans, armé notamment d'un fusil d'assaut kalachnikov avec neuf chargeurs, s'apprêtait à ouvrir le feu dans le train à grande vitesse Thalys qui reliait Amsterdam à Paris, avant d'être désarmé par des passagers dont trois jeunes militaires américains. Il a depuis été mis en examen notamment pour tentatives d'assassinats à caractère terroriste et placé en détention provisoire.