Recours en révision de Raphaël Maillant : l'avocat général préconise le rejet

  • A
  • A
Recours en révision de Raphaël Maillant : l'avocat général préconise le rejet
Photo d'illustration.@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

C’est une audience cruciale qui attendait Raphaël Maillant, jeudi, devant la Cour de révision. L'avocat général a préconisé de rejeter le recours en révision du quadragénaire, qui se bat depuis plus de 15 ans pour être réhabilité.

L'avocat général Patrick Sassoust a demandé, jeudi, à la Cour de révision de rejeter le recours en révision de Raphaël Maillant. Condamné à 17 ans de prison en 1997 pour le meurtre de son ex-petite amie, cet homme de 44 ans, qui toujours clamé son innocence, espère depuis des années obtenir l'annulation de sa condamnation.

Une erreur judiciaire ? Lors de cette audience décisive jeudi, le magistrat a estimé que les éléments nouveaux soulevés par la défense de Raphaël Maillant n'étaient pas de nature à établir son innocence ou faire naître un doute sur sa culpabilité. "Je ne cherche pas à défendre coûte que coûte une erreur judiciaire, si tant est qu'elle existe", a déclaré le représentant du ministère public. Une position du ministère public constante depuis le premier recours de Raphaël Maillant et son avocate Sylvie Noachovitch, en 1999. Mais cela n'avait pas empêché la commission de révision, qui juge "difficile, voire impossible" la présence de Maillant sur les lieux, d'avoir un avis contraire et de saisir la Cour, en 2011.

Dix ans de réclusion. Le 14 mars 1997, Raphaël Maillant est déclaré coupable par la cour d'assises des Vosges du meurtre de Valérie Bechtel, sa petite amie de l’époque. La jeune femme de 20 ans, étranglée à l’aide d’un torchon, est retrouvée morte dans un fossé de la forêt domaniale de Thaon-les-Vosges, le 12 août 1991. Écopant d’une peine de 17 ans de réclusion, ce formateur d'éducateurs sportifs a passé dix ans derrière les barreaux. Avant d'obtenir sa libération conditionnelle en 2004.

Accusé par son meilleur ami… Raphaël Maillant avait été condamné essentiellement sur la base des accusations de Yann Bello, avec qui il était ami à l'époque. Selon ce dernier, Raphaël Maillant avait tué son ex-petite amie après un cambriolage chez les parents de la jeune fille pour y voler un magnétoscope. Puis, les deux amis avaient transporté le corps dans la forêt. D'après l'avocate de l'accusé, Sylvie Noachovitch il n'y avait "aucun élément matériel" contre son client.

… coupable d’un meurtre. Mais depuis, Yann Bello a été condamné en 2014 par la cour d'assises de Charente-Maritime à 25 ans de réclusion criminelle pour le meurtre et le viol de sa femme, perpétrés en 2011. A l'appui de sa requête en révision, la défense de Raphaël Maillant met en avant un mode opératoire identique dans les deux crimes. En effet, les deux victimes, violemment frappées avant la mort, ont été retrouvées nues et étranglées. La première avec un torchon, la deuxième avec une serviette. Là où la défense de Raphaël Maillant met en avant les similitudes entre les deux crimes, l'avocat général et l'avocat de la famille Bechtel, Gérard Welzer, insistent sur les différences.

Seulement onze réhabilitations depuis 1945. A l'issue de la plaidoirie de l'avocate de Raphaël Maillant, Sylvie Noachovitch, la Cour de révision devrait mettre sa décision en délibéré. Depuis 1945, seuls onze accusés ont été acquittés après un nouveau procès. Le dernier, Christian Iacono, a ainsi été acquitté en mars dernier après avoir été accusé de viols par son petit-fils qui s'était ensuite rétracté.