Où en sont les affaires DSK ?

  • A
  • A
Où en sont les affaires DSK ?
@ Reuters
Partagez sur :

Une enquête pour viol a été classée. Mais l'ex-patron du FMI n'en a pas fini avec la justice.

L'ancien patron du FMI Dominique Strauss-Kahn, qui faisait l'objet d'une enquête préliminaire pour viol qui vient d'être classée sans suite dans l'affaire dite du Carlton de Lille, a été impliqué dans plusieurs dossiers en France et aux Etats-Unis. Plusieurs sont encore en cours d’instruction.

AFFAIRE DIALLO

montage dsk sofitel

© REUTERS

Une procédure pénale classée sans suite. La femme de chambre guinéenne Nafissatou Diallo a accusé Dominique Strauss-Kahn de viol dans une suite du Sofitel de New York le 14 mai 2011. La procédure pénale a été classée le 23 août 2011 en raison de doutes sur la crédibilité de Nafissatou Diallo. Dans une interview télévisée, DSK a reconnu une brève relation sexuelle "inappropriée", mais consentie et "non tarifée".

A lire aussi : Sofitel : le film des évènements

Une procédure civile en cours. Parallèlement, une procédure civile a été lancée le 8 août 2011 devant la Cour suprême du Bronx. Nafissatou Diallo y porte plainte pour "attaque violente et sadique" et réclame des dommages et intérêts d'un montant non précisé. Le 1er mai dernier, le juge américain a refusé de classer la plainte de Nafissatou Diallo, rejetant l'argument d'une totale immunité diplomatique de DSK. Le 30 novembre, le New York Times  annonce qu'un accord à l'amiable a été discrètement conclu entre les deux parties.

A lire aussi : DSK : la procédure civile s'ouvre à New York

La contre-attaque de DSK. Le 16 mai 2012, Dominique Strauss-Kahn a porté plainte contre Nafissatou Diallo pour fausses déclarations, diffamation et procédure abusive. Il réclame un million de dollars pour ses opportunités professionnelles perdues. 

A lire aussi : DSK porte plainte contre Diallo

 AFFAIRE DU CARLTON DE LILLE

hotel carlton lille maxppp 930620

© MAXPPP

 Des soupçons de proxénétisme en bande organisée. DSK est mis en examen depuis le 26 mars 2012 pour "proxénétisme en bande organisée", après huit autres personnes. L'affaire porte sur sa participation à des soirées libertines avec des prostituées à Paris et Washington, financées par des entrepreneurs du Pas-de-Calais.  L'ex-patron du FMI nie avoir jamais su que les participantes étaient des prostituées. Le prochain rendez-vous a été fixé au 28 novembre, date à laquelle la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Douai rendra sa décision sur les requêtes en nullité déposées par les défenseurs de l'ancien patron du FMI et du commissaire Jean-Christophe Lagarde.

>> A lire aussi : Carlton de Lille : DSK mis en examen

>> A lire aussi : Carlton : DSK sera fixé en novembre

L’enquête pour viol classée sans suite.  Les accusations de viol d'une prostituée, contestées par une autre, faisaient l'objet d'une enquête préliminaire du parquet depuis le 21 mai dernier. Celle-ci a été classée sans suite le 2 octobre. Le parquet s'est appuyé sur l'absence de dépôt de plainte par cette jeune femme et ses affirmations par écrit à la police judiciaire qu'elle était consentante.

>> A lire aussi : DSK : enquête pour viol classée sans suite

AFFAIRE TRISTANE BANON

La plainte de Tristane Banon a été classée sans suite par le parquet de Paris.

© Montage photo REUTERS

Accusé de tentative de viol. La romancière Tristane Banon accuse Dominique Strauss-Kahn d'une tentative de viol à l'occasion d'une interview dans un appartement parisien en 2003. Elle porte plainte en juillet 2011, après l'affaire du Sofitel. Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire et Tristane Banon est entendue par la police. Après son retour en France, DSK est entendu comme témoin. Il nie toute agression, mais concède avoir fait "des avances" à la jeune femme.

>> A lire aussi : DSK et Banon : version contre version

Des faits prescrits mais "reconnus". Le 13 octobre 2011, le parquet de Paris a classé sans suite la plainte à cause de la prescription des faits, estimant toutefois que des faits qualifiés d'agression sexuelle sont "reconnus" mais prescrits. Tristane Banon renonce à poursuivre DSK en se constituant partie civile, déclarant se satisfaire de la reconnaissance de son "statut de victime" par le parquet.