Mort d'un détenu après une rixe dans une prison belge dont les gardiens sont en grève

  • A
  • A
Mort d'un détenu après une rixe dans une prison belge dont les gardiens sont en grève
Image d'illustration@ RICHARD BOUHET / AFP
Partagez sur :

Selon le procureur de Liège, son décès est probablement dû aux coups violents à la tête portés à l'aide d'une chaise. 

Un détenu interné dans une prison proche de Liège (est de la Belgique) est décédé après une rixe en cellule avec son codétenu, a indiqué mercredi le parquet local, alors que les surveillants des établissements prisons de Wallonie et de Bruxelles sont en grève depuis plus de trois semaines.

Altercation dans l'aile psychiatrique. "Il y a eu une altercation entre deux personnes détenues dans l'aile psychiatrique de la prison de Lantin. Un des détenus est décédé des suites de ses blessures" mardi soir, a déclaré le procureur de Liège, Philippe Dulieu. "La victime purgeait une peine d'emprisonnement de 7 ans et son décès est probablement dû aux coups violents à la tête portés à l'aide d'une chaise", a ajouté le procureur, en précisant qu'un couteau en plastique a également été utilisé. L'auteur des faits est quant à lui "interné" pour raisons psychiatriques, a précisé Philippe Dulieu. 

"Cela devait arriver". "L'enquête dira s'il y a un lien avec la grève (des gardiens), mais il est clair que la situation actuelle n'est pas propice en termes de calme des détenus", a estimé le magistrat. "Cela devait arriver", a jugé un représentant du syndicat CSC, Sébastien Graeff, cité par l'agence Belga. "Les détenus placés dans l'aile psychiatrique sont des patients. Depuis le début de la grève, ils sont soumis au même régime que les autres détenus: pas de sorties, pas d'activités, pas de visites. Ces personnes souffrent de pathologies mentales et le moindre changement dans leurs habitudes peut faire monter la pression", a expliqué Sébastien Graeff.

Une grève pour plus de moyens.Les gardiens de prison du sud de la Belgique et de Bruxelles ont entamé le 25 avril une grève pour réclamer des moyens supplémentaires. Des dizaines de gardiens en grève ont pénétré de force mardi dans les locaux du ministère de la Justice à Bruxelles, d'où ils ont été évacués manu militari par les forces de l'ordre après avoir saccagé le hall d'accueil du bâtiment. Les négociations entre les représentants des surveillants et le ministre de la Justice, Koen Geens, doivent se poursuivre, mais le gouvernement n'entend pas revenir jusqu'à présent sur son plan d'économies, que les gardiens des prisons en Flandre ne contestent pas, contrairement à leurs collègues francophones de Wallonie et de Bruxelles.

Dans un tweet, Koen Geens a fait part de sa "profonde tristesse à l'annonce du décès de l'interné" à Lantin et a exprimé ses "condoléances à ses proches".