Mort à Aulnay : une enquête ouverte

  • A
  • A
Mort à Aulnay : une enquête ouverte
La victime aurait succombé à une crise cardiaque pendant un contrôle de supéfiants.@ Max PPP
Partagez sur :

Lors d'un contrôle de police mardi soir, un homme est mort. Il aurait fait un arrêt cardiaque.

L'enquête ouverte mercredi va permettre de déterminer s'il a vraiment fait un arrêt cardiaque. Un jeune homme de 25 ans est mort mardi soir pendant un contrôle de police dans le hall d’un immeuble d’Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Selon les premiers éléments de l’enquête, trois policiers patrouillaient en civil en début de soirée, quand trois jeunes leur ont proposé du cannabis, les prenant pour des clients potentiels. Après avoir joué le jeu, les fonctionnaires ont interpellé les dealers.

Puis pendant la fouille du hall d’immeuble, l’un des jeunes s’est écroulé, mais sans que les policiers l'aient touché, jurent-ils. "Les trois personnes étaient assises, menottées, mais le menottage s’était passé sans aucune violence, ce qui est bien précisé par les deux amis du décédé", assure Christian Lambert, préfet de Seine-Saint-Denis, interrogé par Europe 1. "Pendant l’attente et les vérifications, l’un des jeunes, qui a 25 ans, fait un malaise. Les policiers lui font le bouche-à-bouche et lui apportent les premiers soins, et ensuite, appellent les pompiers." Qui ne parviendront pas à ranimer le jeune homme.

Il avait des problèmes de santé

D'après les amis du jeune homme, cités par la préfecture, la victime avait des problèmes de santé et avait vu un cardiologue l'après-midi même. Elle aurait en outre également "pris un Viagra pour préparer sa soirée". Des substances illicites ont été retrouvées sur le jeune homme. D’après leparisien.fr, l’homme, qui s’est "écroulé seul", aurait aussi "consommé une forte dose de cannabis".

La situation était tendue sur place peu après minuit, autour de l'immeuble où se sont déroulés les faits. Des feux ont été allumés sur la chaussée et ont été rapidement éteints par les pompiers. De nombreux policiers ont été déployés. Car dans le quartier, certains habitants ont des doutes sur cette version officielle. Il y a quelques semaines, trois policiers d’Aulnay ont été condamnés pour avoir menti en couvrant une de leur bavure. Les habitants disent que depuis, ils n’ont plus aucune confiance dans leur commissariat.

Une autopsie va être pratiquée

Le parquet de Bobigny a donc ouvert une enquête pour "recherche des causes de la mort". Selon une source judiciaire, une autopsie du corps de la victime devait être réalisée mercredi matin pour déterminer les causes exactes du décès.

Ce drame survient après la mort de Wissam El-Yamni, 30 ans, décédé après son interpellation houleuse dans la nuit de la Saint-Sylvestre à Clermont-Ferrand.