Menaces sur des lycées : l'ado libéré

  • A
  • A
Menaces sur des lycées : l'ado libéré
@ MAXPPP
Partagez sur :

INFO E1 - Le suspect, placé en garde à vue dimanche, a été remis en liberté lundi midi.

L'INFO. Il présentait une forte ressemblance avec l'internaute suspecté d'avoir menacé depuis un cybercafé de Strasbourg de commettre une fusillade dans un lycée. Un jeune homme de 18 ans interpellé dimanche après-midi en Haute-Saône a été relâché lundi à la mi-journée, après une nuit en garde à vue, sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui, selon les informations d'Europe 1.

L'interrogatoire n'a pas été probant et aucun élément matériel n'a été trouvé par les enquêteurs. "La garde à vue a été levée. Rien ne permet d'incriminer ce jeune, ni de près ni de loin", a indiqué la vice-procureur Lydia Pflug.

Dénoncé par un proche. Le jeune homme interpellé ressemblait pourtant à l'image du suspect prise par les caméras de vidéosurveillance situées dans un cybercafé de Mulhouse. La photo avait été largement diffusée dans le département, mais c'est un renseignement donné par un proche du jeune homme sur la ligne verte qui avait déclenché son interpellation. 

Un profil proche du suspect. Selon les informations d'Europe 1, ce mineur est originaire de Mulhouse. Il serait comme l'auteur des menaces un passionné de jeux vidéo, errant dans un environnement familial éclaté entre le domicile de son père, de sa mère et d'amis. Le jeune homme serait originaire du Haut-Rhin avec de possibles attaches à Strasbourg mais aucune indication n'avait été donnée sur l'établissement qu'il fréquentait et dont il aurait été exclu.

>> A LIRE AUSSI : Menaces de tuerie dans un lycée alsacien

"Une vérification de routine". Concernant la garde à vue, le procureur adjoint de Strasbourg, Claude Palpacuer, avait cependant évoqué une "vérification de routine" n'ayant pas encore donné "d'éléments probants". Le matériel informatique de ce suspect a été saisi pour les besoins de l'enquête. Selon les informations d'Europe 1, l'interrogatoire n'a pas été probant et aucun élément matériel n'a été trouvé par les enquêteurs.

Des pistes écartées. Samedi, l'enquête avait déjà mené à l'interpellation de deux frères d'une vingtaine d'années au domicile de leurs parents à Autun, en Saône-et-Loire, mais cette piste a rapidement été écartée et les suspects ont été libérés, sans qu'aucune charge ne soit retenue contre eux.

>> A LIRE AUSSI : Menaces dans les lycées : une douzaine de pistes

Une importante mobilisation. Vendredi, plus de 750 policiers et gendarmes avaient été déployés devant les 59 lycées du Bas-Rhin, après qu'un internaute anonyme eut menacé de commettre une fusillade devant un lycée. Lundi matin, la surveillance reste maintenue devant les lycées et ce jusqu'à ce que le suspect soit interpellé.