Corse : le cadavre démembré identifié, trois suspects gardés à vue

  • A
  • A
Corse : le cadavre démembré identifié, trois suspects gardés à vue
Des gendarmes en Corse. Image d'illustration.@ PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP
Partagez sur :

Ce sont des analyses poussées réalisées sur un des membres qui ont orienté les enquêteurs vers trois suspects.

Le cadavre retrouvé démembré et décapité la semaine dernière en Corse a pu être identifié et mener à l'interpellation de suspects, a indiqué lundi le procureur de la République de Bastia, Nicolas Bessone. 

Trois gardés à vue. Dimanche en fin de matinée, les gendarmes ont arrêté un petit nombre de personnes, dans un lotissement de Borgo, non loin de Bastia, en Haute-Corse. Selon les informations d'Europe 1, trois individus étaient encore en garde à vue lundi matin. Si le procureur s'est refusé à tout commentaire quant à leurs éventuels antécédents judiciaires, Corse Matin évoque un "milieu social plutôt compliqué". Ils pourraient être déférés mardi devant un juge d'instruction.

Une victime connue des services de police. Alors que la tâche s'annonçait ardue, les experts de la gendarmerie sont finalement parvenus à l'identification du cadavre, grâce à des empreintes obtenues après des analyses scientifiques poussées sur l'un des membres retrouvé partiellement calciné. Cette victime, dont on ne sait rien de plus, était recensée dans un fichier et donc connue des forces de l'ordre. Grâce à son nom, les gendarmes ont ensuite pu remonter jusqu'aux suspects. 

La tête toujours recherchée. L'enquête promettait au départ d'être particulièrement difficile. Dans un premier temps, c'est un tronc qui avait été retrouvé, mardi, dans le défilé du Lancone, en contrebas d'une route départementale. Le lendemain, à une soixantaine de kilomètres de là, un promeneur avait découvert cette fois les bras et les jambes, carbonisés et placés dans un sac plastique, près du village de Belgodère, dans le nord-ouest de l'île. Les gendarmes poursuivent par ailleurs leurs recherches pour retrouver la tête de la victime.