La présumée empoisonneuse mise en examen dans quatre dossiers

  • A
  • A
La présumée empoisonneuse mise en examen dans quatre dossiers
Image d'illustration@ AFP
Partagez sur :

Patricia D., soupçonnée d'avoir séduit et empoisonné au moins quatre hommes, a été mise en examen et incarcérée lundi à Nice. 

Plus de deux ans après une première condamnation, Patricia D. fait de nouveau face à la justice. Cette quinquagénaire est soupçonnée d'avoir séduit et empoisonnée au mois quatre hommes âgés vivant sur la Côte d'Azur, dont deux sont morts en 2011. Elle a été mise en examen et incarcérée lundi à Nice. 

Une première condamnation en 2013. Le parquet de Nice avait ouvert en avril 2013 une information judiciaire "contre X" pour assassinats et empoisonnements avec préméditation, à l'encontre de cette Parisienne. Celle-ci avait été condamnée le 23 avril 2013 à cinq ans de prison ferme pour vol, escroquerie et séquestration, à l'encontre de Robert, un ancien professeur de sciences économiques d'Annemasse (Haute-Savoie), un veuf âgé alors de 88 ans.

A l'époque, ce dernier avait témoigné à Europe 1 expliquant que Patricia D. mettait du Valium dans qu'il mangeait ou buvait. Pendant ce temps, son "amante" lui faisait signé des papiers pour tenter de déplacer l'argent qu'il gardait sur ses comptes en banque. Patricia D. purgeait depuis sa peine dans une prison de la région Rhône-Alpes. 

Quatre dossiers. Lundi, Patricia D. a donc été mise en examen dans quatre dossiers sur des faits survenus entre 2011 et 2012: "empoisonnement avec préméditation" pour un premier décès à Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) en 2011, "assassinat" pour un second décès à Nice en 2011, ainsi qu'"administration de substances nuisibles avec préméditation sur personnes vulnérables", dans deux autres dossiers à Nice et Fréjus, en 2011 et 2012.

"Elle conteste les accusations". L'avocat de la suspecte a confirmé cette mise en examen mais explique que sa cliente "contexte toutes les accusations portées à son encontre". Maître Huissoud a par ailleurs fait valoir le "parcours chaotique" de cliente, placée en famille d'accueil très jeune. "Son ex-mari, magnétiseur et escroc, était violent à son encontre", indique-t-il. Cette femme peu loquace, qui a beaucoup vécu des aides sociales, "dit se sentir mieux avec des gens âgés", plaide-t-il, en la décrivant comme "une personne fragile".